Pour une majorité de Suisses, l'islam n'a pas sa place dans leur pays

Pour une majorité de Suisses, l'islam n'a pas sa place dans leur pays© FABRICE COFFRINI Source: AFP
Une mosquée en Suisse, avant le vote sur l'interdiction des minarets de 2009.

D'après un récent sondage, une nette majorité d'Helvètes considèrent que la religion islamique n'a pas sa place en Suisse, et estiment, en revanche, que les valeurs chrétiennes sont indissociables de l'identité nationale.

Au pays de Tariq Ramadan, la religion musulmane est loin d'être perçue comme un élément constitutif de la société : d'après un sondage publié dimanche 6 novembre par les journaux suisses Matin Dimanche et SonntagsZeitung, seuls 39% des Suisses approuveraient une reconnaissance de l'islam comme religion officielle.

Plus significatif : 62% des sondés estiment que l'islam... n'a tout simplement pas sa place en Suisse. Un rejet dont ne souffrent pas toutes les religions : 61% des Helvètes considèrent en effet qu'il ne serait pas judicieux de placer la religion islamique au même niveau que les religions chrétienne et judaïque, et une écrasante majorité d'entre eux (80%) affirment que les valeurs chrétiennes font partie intégrante de l'identité de leur nation.

Si en Suisse, l'Eglise et l'Etat sont séparés au niveau fédéral depuis le milieu du XIXe siècle, chaque canton règlemente librement son rapport aux institutions religieuses. Ainsi, le Canton de Vaud reconnait l'Eglise catholique et l'Eglise évangélique réformée comme des «institutions de droit public», et leur garantie par conséquent «les moyens nécessaires à l’accomplissement de leur mission». En outre, la Constitution fédérale et l'hymne national suisses incluent de nombreuses références à Dieu.

Lire aussi : La Suisse oblige les élèves musulmans à serrer la main des enseignantes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage