La Suisse oblige les élèves musulmans à serrer la main des enseignantes

© FABRICE COFFRINI Source: AFP

Le canton de Bâle, en Suisse, a rejeté l'appel d'un lycéen musulman qui souhaitait avoir le droit de ne pas serrer la main de ses professeurs de sexe féminin, pour des raisons religieuses. La décision devrait faire jurisprudence dans le pays.

Serrer la main de ses enseignantes est désormais un devoir pour les étudiants suisses : lundi 19 septembre, le canton de Bâle, en Suisse, a confirmé les mesures disciplinaires prises par un lycée à l'encontre d'un élève qui refusait de serrer la main des femmes chargées de son éducation. La justice bâloise a invoqué le fait que serrer la main des professeurs était un usage profondément ancré dans la société et la culture du pays.

L'élève en question, ainsi que son frère, avaient défrayé la chronique en avril dernier, en refusant de toucher la main de leurs enseignantes au nom de leurs convictions religieuses musulmanes. Leur lycée, dans la ville de Therwil, avait voulu couper court à toute polémique en autorisant l'ensemble de ses élèves à ne pas serrer la main de leurs professeurs, s'ils le souhaitaient.

Cette décision, largement médiatisée, avait provoqué un tollé dans le pays, si bien que le canton de Bâle avait décidé de contraindre les deux élèves à se plier à la coutume scolaire suisse, sous peine de mesures disciplinaires incluant notamment une amende pour les parents pouvant atteindre 5 000 francs suisses, soit un peu moins de 5 000 euros. Les parents avaient contesté ces mesures disciplinaires pour l'un de leurs deux fils, l'autre ayant, entre temps, quitté le système scolaire... En vain.

Lire aussi : Suisse : pas de naturalisation pour les ados musulmans n'ayant pas serré la main de leur enseignante

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales