Suisse : pas de naturalisation pour les ados musulmans n'ayant pas serré la main de leur enseignante

© Michael Buholzer Source: Reuters

La Suisse a suspendu le processus de naturalisation pour la famille des deux frères musulmans, après le refus de ces derniers de serrer la main de leurs enseignantes, déclanchant un débat national sur les libertés religieuses.

Mardi, les autorités du canton de Bâle-Campagne où se trouve la ville de Therwil, ont déclaré que la procédure de naturalisation dont bénéficiait la famille avait été mise en attente. L'information a été confirmée par le porte-parole du canton, Adrian Baumgartner, dans un courriel, cité par l'agence ATS.

Lire aussi : Suisse : les deux ados qui refusent de serrer la main de leur enseignante l'ont appris sur Internet

Les deux frères, âgés de 14 et 15 ans, avaient informé les responsables de l'éducation de la municipalité du nord de la ville de Therwil que le contact physique avec les femmes qui ne sont pas membres de la famille était contraire à leur foi.

Suite à cela, ils avaient été autorisés à déroger à une coutume suisse selon laquelle les élèves doivent serrer les mains des enseignants. Pour éviter toute discrimination, cette dérogation était valable autant pour les enseignants de sexe masculin que féminin. 

Lire aussi : Suisse : des élèves musulmans dispensés de serrer la main de leur enseignante

Mais ce compromis n'a absolument pas plu à la ministre de la Justice suisse Simonetta Sommaruga, qui a insisté sur le fait que la poignée de main entre professeurs et élèves était «un geste ancré dans la culture suisse et valable pour tout le monde».

La famille fait actuellement l'objet d'analyses approfondies sur les conditions dans lesquelles ses membres sont arrivés en Suisse en 2001. Le père des deux garçons, un imam basé à Bâle est un ressortissant syrien ayant obtenu l'asile.

Près de 350 000 musulmans résident en Suisse pour une population totale de 8 millions d'habitants.

Lire aussi : Nekkaz défend le port du niqab en Suisse au nom du respect des libertés fondamentales

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales