Emailgate : le FBI connaissait depuis des semaines les emails de Clinton sur lesquels il enquête

- Avec AFP

Emailgate : le FBI connaissait depuis des semaines les emails de Clinton sur lesquels il enquête© Brian Snyder Source: Reuters

Le FBI connaissait depuis longtemps l'existence de nouveaux mails envoyés par Hillary Clinton avec une adresse privée, alors qu'elle était secrétaire d'Etat. Pour autant, l'agence a annoncé la réouverture d'une enquête il y a deux jours seulement.

D'après le témoignage d'un responsable des autorités américaines cité par l'agence Associated Press dimanche 30 octobre, l'agence fédérale américaine avait connaissance depuis plusieurs semaines des mails d'Hillary Clinton au sujet desquels elle a annoncé la réouverture d'une enquête, vendredi 28 octobre.

Ce jour-là, le directeur du FBI James Comey avait provoqué un coup de tonnerre dans la campagne présidentielle américaine, en faisant savoir qu'il allait rouvrir l'enquête sur l'utilisation d'une adresse mail et d'un serveur privés par la candidate Démocrate, alors qu'elle était secrétaire d'Etat du président Barack Obama (entre 2009 et 2013). Le FBI, avait-il alors expliqué à des membres du Congrès américain, avait en effet «appris l'existence de [nouveaux] mails qui paraiss[aient] pertinents», et souhaitait déterminer s'ils comportaient «des informations classifiées». Ces courriels, selon le journal The New York Times, auraient été découverts par le FBI à la suite de la saisie d'appareils électroniques appartenant à Huma Abedin, une assistante d'Hillary Clinton, ainsi qu'à son mari Anthony Weiner.

Cette actualité inattendue a jeté une ombre soudaine sur la route de l'ex-première dame vers la Maison Blanche, qui parvenait alors à se démarquer clairement de son concurrent républicain dans les sondages. A moins de deux semaines de l'échéance présidentielle du 8 novembre, le retour sur le devant de la scène de cet «Email gate» devrait fournir un angle d'attaque sur mesure pour Donald Trump.

Le champion du camp Républicain a en effet invoqué à de très nombreuses reprises ce sujet au cours de la campagne, dans le but de décrédibiliser sa rivale, qu'il qualifie ouvertement de «corrompue». En juillet dernier, notamment, le milliardaire avait accusé Hillary Clinton d'avoir cherché à acheter le Procureur général Loretta Lynch, qui enquêtait sur cette affaire de mails.

Les adversaires d'Hillary Clinton avaient noté que son mari Bill avait rencontré Loretta Lynch quelques jours avant que celle-ci ne prenne la décision de renoncer aux poursuites contre la candidate Démocrate au sujets des fameux courriels privés. Une rencontre ayant abouti à un arrangement, a fustigé Donald Trump, selon qui Loretta Lynch a marchandé la sauvegarde de son poste.

Lire aussi : La frénésie des sondages sème la confusion sur l'issue de l'élection américaine

L'«Email gate» : un boulet pour Hillary depuis 2015

La controverse prend son origine en mars 2015, lorsqu'est portée à la connaissance générale l'emploi par Hillary Clinton d'une adresse électronique et de serveurs privés lorsqu'elle était secrétaire d'Etat – alors qu'elle aurait dû utiliser les adresses mails officielles du gouvernement. De nombreux membres du Congrès avaient reproché à l'ex-chef de la diplomatie américaine d'avoir violé les procédures obligatoires et d'avoir compromis des informations confidentielles de l'Etat, tandis le FBI avait ouvert une enquête, afin de déterminer si des informations secrètes avaient été diffusées via les serveurs de communication privés – les rendant donc théoriquement accessibles à des personnes mal intentionnées.

Hillary Clinton était finalement sortie indemne de cette procédure,  apprenant, en juillet 2016, que l'agence fédérale avait décidé de recommander l'abandon des poursuites contre elle, et se contentait de lui reprocher une «négligence extrême».

Le répit aura toutefois été de courte durée, avec la réouverture de l'enquête à la suite de la découverte de nouveaux mails...

Une épée de Damoclès qui s'ajoute à l'averse de fuites de WikiLeaks

Cette menace vient s'ajouter à la publication quotidienne par WikiLeaks de salves de courriels piratés du directeur du cabinet d'Hillary Clinton, John Podesta, dont certains contenus s'avèrent compromettants pour l'image de la candidate à l'élection présidentielle.

Au total, le site fondé par Julian Assange doit rendre accessible d'ici le 8 novembre pas moins de 50 000 emails du responsable Démocrate, mettant à nu, notamment, les doutes émis par des proches d'Hillary Clinton sur sa capacité à gouverner le payssa volonté de tromper l'opinion publique et son goût du secret ou encore son rêve d'un monde sans frontières. Dans ce contexte, l'annonce du FBI pourrait bien être la goutte d'eau faisant déborder le vase – et détourner le cours de la campagne ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.