L’Iran refuse de laisser l’AIEA accéder à quelques sites nucléaires

Les négociations à Lausanne en Avril 2015© POOL New Source: Reuters
Les négociations à Lausanne en Avril 2015

Des médias locaux affirment que Téhéran a interdit à l’AIEA l’accès à quelques personnes et à plusieurs sites nucléaires répertoriés par les Etats occidentaux dans le cadre de l’accord-cadre sur son programme nucléaire.

Le vice-ministre iranien des Affaires Etrangères Seyed Abbas Araghchi a déclaré que la liste présentée par le groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) comportait un nombre d’individus et de sites auxquels l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) aurait un accès.

«L’idée a été proposée, mais Téhéran l’a rejetée. Nous travaillons sur des idées alternatives et l’avons clairement signifié à l’autre partie», a-t-il précisé selon l’agence de presse IRNA.

Il a ajouté qu’une liste avait été présentée à l’Iran par l’AIEA dans le cadre de la coopération pour résoudre la question des soi-disant aspects militaires potentiels du programme nucléaire iranien sur lequel enquête l’Agence basée à Vienne.

«Les aspects potentiellement militaires appartiennent au passé, un nombre de questions non-résolues et ambigües subsiste et différentes résolutions ont été présentées pour les résoudre», a-t-il souligné.

L’ayatollah et l'actuel Guide suprême de la Révolution islamique Ali Khamenei a informé ses partenaires occidentaux que certaines personnes ne seraient pas disponibles pour répondre à des questions et que l’accès à certains centres militaires iraniens était «non négociable pour l’Iran », rapporte encore l’agence IRNA.

Il a néanmoins fait savoir qu’il y avait des alternatives et que : «les négociations continueront jusqu’à ce qu’on trouve une solution satisfaisante pour les deux parties».

Seyed Abbas Araghchi a pour sa part souligné qu’une autre question n’était pas complètement résolue dans le cadre des sanctions imposées contre l’Iran.

«Si un accord est conclu, l’autre partie devra prendre des mesures pour lever les sanctions, ce qui définira nos actions. Pour l’instant, nous sommes en train de discuter de la façon de synchroniser le processus», a-t-il conclu.

En savoir plus : Washington : les sanctions contre l’Iran seront levées «seulement par étapes»

Dans le même temps, un rapport confidentiel de l’AIEA que Reuters s’est procuré indique que l’Iran a fourni des informations sur l’un des deux éléments de l’enquête de l’ONU sur le dossier nucléaire iranien.

«L’Agence et l’Iran se sont mis d’accord pour continuer le dialogue sur des mesures pratiques et pour se rencontrer à nouveau dans un futur proche», lit-on dans le rapport.

L’Iran et les puissances internationales ont trouvé des solutions sur le programme nucléaire iranien lors de négociations qui se sont déroulées en avril dernier en Suisse. Au terme de ces négociations, un accord-cadre a été conclu et ce dernier crée une base de travail pour parvenir à un accord global sur la coopération nucléaire qui doit être conclu le 30 juin 2015, au plus tard.

Une des conditions de l’accord préliminaire était que Téhéran devait s’abstenir de créer des armes nucléaires et laisser l’AIEA surveiller ses sites pour s’assurer de la nature civile et pacifique de son programme nucléaire.

L’Iran a été accusé à plusieurs reprises par l’Occident de développer des armes nucléaires, ce que Téhéran dément. Ce dernier affirme que son programme nucléaire est pacifique.

En savoir plus : Dix réponses courtes aux cinq points clés de l’accord sur le nucléaire iranien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales