Réunion sur la Syrie à Lausanne : «Des idées intéressantes évoquées», estime Sergueï Lavrov

Sergueï Lavrov (à gauche) et John Kerry© POOL New Source: Reuters
Sergueï Lavrov (à gauche) et John Kerry

Les discussions à huis clos sur la Syrie se sont déroulées à Lausanne (Suisse) pendant quatre heures. Si aucune percée n'a été réalisée, les participants ont convenu de poursuivre leurs travaux sur la résolution de la crise.

«Certaines idées que nous avons abordées aujourd'hui avec les pays participant à la discussion pourraient être utiles», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, après la réunion sur la Syrie qui s'est tenue le 15 octobre à Lausanne en Suisse.

Les participants aux pourparlers ont convenu de continuer à travailler sur la question dans les jours à venir, «espérant parvenir à des accords» qui feraient avancer le processus de paix, a-t-il ajouté, cité par RIA Novosti. 

Damas et Washington semblent avoir trouvé les discussions positives. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a déclaré que, malgré quelques moments de tension lors de la réunion, cette dernière avait été «très franche».

La partie russe a commenté en disant qu'un large consensus avait été atteint sur un «certain nombre de possibilités» pour un cessez-le-feu durable dans le pays. Les négociateurs ont également demandé qu'un processus politique puisse commencer en Syrie «dès que possible», selon chef de la diplomatie russe qui a ajouté que Moscou soutenait pleinement cette initiative.

«Nous nous sommes mis d'accord qu'il fallait prolonger les contacts au cours des prochains jours en prenant en compte certains accommodements qui peuvent aider à promouvoir le règlement» du conflit syrien, a déclaré le ministre russe à l'issue des discussions.

S'exprimant à l'attention de médias turcs après les pourparlers, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a déclaré qu'Ankara souhaitait des «pourparlers directs» entre le gouvernement syrien et l'«opposition modérée». Il a également souligné que la lutte contre l'Etat islamique devait se poursuivre dans la région, même après l'entrée en vigueur d'un éventuel cessez-le-feu en Syrie.

Des représentants de neuf pays ont participé à ces entretiens qui ont duré environ quatre heures. Les puissances régionales du Moyen-Orient étaient représentées par l'Irak, l'Iran, l'Egypte, la Jordanie, le Qatar, les Emirats arabes unis et la Turquie. L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a également pris part aux négociations.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales