WikiLeaks publie la sixième partie de la fuite des emails de l’équipe de campagne d’Hillary

© Toru Hanai Source: Reuters

Après la publication la veille de deux lots d’emails de l'équipe de campagne de la candidate démocrate à la présidentielle américaine, le site lanceur d’alerte en a publié une sixième partie. Un total de 9 000 courriels ont été divulgués.

Manque de lien émotionnel

Cette fuite des emails de la campagne de Clinton révèle son manque de «lien émotionnel» avec les électeurs, ce qui semble préoccupant aux yeux des démocrates. «Hillary doit s’éloigner de Washington et créer un lien émotionnel avec les Américains ordinaires», met en garde Steve Hildebrand, ancien vice-directeur de la campagne de Barack Obama, dans un email à John Podesta, président de la campagne de Clinton.

«Elle doit mieux comprendre ce à quoi les gens et les familles font face chaque jour. Et elle a aussi besoin de créer un lien émotionnel. Cela doit changer maintenant», peut-on lire dans son email de janvier 2016 intitulé «Quelques conseils spontanés».

John Podesta a répondu qu’il «allait dans le même sens», mais ne voulait pas imiter les tactiques de Bernie Sanders. «Bernie est devenu vraiment négatif et personnel…On vit avec un double standard, alors je pense que ce serait une erreur de le suivre dans cette direction», écrit-il.

«Les Clinton n’oublient pas ce que leurs amis ont fait pour eux»


En novembre 2014, un responsable de la campagne de Clinton, Robby Mook, a envoyé un email à John Podesta sur l’urgence de promouvoir un projet de loi visant à repousser les primaires dans l’Illinois de mars à mai. L’Etat s’est vu proposé «un bonus de 10% de délégués supplémentaires si les primaires étaient reportées à avril et 20% si reportées à mai». L’Illinois n’a finalement pas modifié les dates.

«Ils ne se préoccupent pas vraiment d’être utiles et se sentent oubliés et négligés par le président. Le point clé est que ce n’est pas une demande d’Obama, c’est une demande d’Hillary. Et les Clinton n’oublient pas ce que leurs amis ont fait pour eux», a écrit Robert Mook.

Lutte contre Trump

Le 1er mars 2016, John Podesta a reçu un email de Robert Wolf, président de la société de conseil 32 Advisors (32 Conseillers) concernant une conférence téléphonique sur des primaires qui se déroulaient le même jour.

Un sondeur républicain, Frank Luntz, prédisait que l’écart entre Donald Trump et Hillary Clinton dans les sondages était très étroit en raison de la popularité de Trump parmi les démocrates ouvriers, bien que Clinton soit «plus populaire parmi les femmes et les minorités». Robert Wolf a alors écrit qu’une «guerre totale contre Trump» aurait lieu à Washington.

D’autres emails montrent les relations étroites entre les médias et l’équipe de campagne de Clinton. Un chroniqueur de The Hill, Brent Budowsky, a écrit à John Podesta en décembre 2015 pour conseiller Bill Clinton d’ignorer Donald Trump et ses attaques personnelles. «Trump est très prévisible. Les médias sont très prévisibles, ils se feront l’écho des bassesses de Trump à l’encontre de Bill Clinton. Ma suggestion pour Bill Clinton serait qu’il prépare un grand nombre de réponses», conseille-t-il dans sa lettre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales