Italie : une présentatrice fustigée sur les réseaux pour avoir porté un crucifix à l'antenne

Marina Nalesso, présentatrice de la RAI Uno. Capture d'écran Twitter
Marina Nalesso, présentatrice de la RAI Uno. Capture d'écran Twitter

Marina Nalesso, présentatrice vedette de la télévision italienne a arboré à plusieurs reprises un crucifix lors du journal national, s'attirant ainsi une volée de critiques. Ses détracteurs lui reprochent de manquer à son obligation de neutralité.

Marina Nalesso, une des stars de l'information sur le petit écran en Italie, a porté à plusieurs reprises un crucifix autour du cou alors qu'elle était à l'antenne, déclenchant une vague de critiques incendiaires sur Facebook et Twitter.

De nombreux détracteurs de la présentatrice lui reprochent de manquer à son obligation de neutralité religieuse et de faire du prosélytisme. Pour certains, la religion doit ainsi rester dans la sphère privée, surtout sur une chaîne du service public.

Marina Nalesso a justifié le port ostentatoire d'une croix autour de son cou à l'antenne par le fait qu'elle souhaitait «apporter son témoignage et par foi».

Mais certaines critiques se sont faites plus vives : le journal télévisé, c'est un service «public et laïc, ce n'est pas une émission du Vatican», s'est indigné un politicien de gauche, Silvio Viale, dont la condamnation est à l'origine de la pluie de commentaires indignés sur les réseaux sociaux.

Silvio Viale faisant la promotion de la pilule Mifegyne sur Facebook. Capture d'écran
Silvio Viale faisant la promotion de la pilule Mifegyne sur Facebook. Capture d'écran

Leader du Parti démocrate de Milan, mais aussi gynécologue et fervent défenseur de l'avortement et de la pilule abortive, dont il fait la promotion sur Facebook, Silvio Viale voit dans le port ostentatoire du crucifix, l'expression d'une «arrogance» : «Il faut lui interdire de le porter : [le crucifix] est le symbole d'une religion, alors que le hijab est laïc», explique-t-il.

Un distingo que certains internautes ont eu du mal à faire. Nombreux sont ceux qui ont fait valoir que l'argument de Silvio Viale pouvait être très facilement retourné : les médailles religieuses et les croix peuvent également être considérées comme des signes plus culturels que religieux. Certains rappellent que ceux qui militent pour la liberté de porter le voile, doivent en faire autant pour les chrétiens.

Aussi, la présentatrice de 44 ans, très populaire en Italie, s'est attirée de nombreux messages de soutien, l'encourageant à continuer à porter ce qu'elle voulait.

«La laïcité de l'Etat ne peut toutefois pas limiter la liberté de chacun d'exprimer sa propre foi», conclut un internaute.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales