Syrie à l’ONU : Ahrar Al-Sham entend lancer une attaque chimique et en accuser le gouvernement

Syrie à l’ONU : Ahrar Al-Sham entend lancer une attaque chimique et en accuser le gouvernement  © Khalil Ashawi Source: Reuters
Des combattants d'Ahrar Al-Sham
Suivez RT France surTelegram

Une attaque chimique au phosphore blanc contre des civils serait en cours de préparation par des islamistes. Ces derniers se déguiseraient en outre en militaires syriens afin de faire accuser l’armée, a affirmé le représentant syrien à l’ONU.

«Je dispose d'informations selon lesquelles des terroristes d’Ahrar Al-Sham entendent organiser des attaques contre la population civile en utilisant du phosphore et fabriquer des accusations contre l’Etat syrien et son armée», a indiqué le diplomate lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU.

Pour rendre l'opération plus crédible, les combattants se feraient passer pour des militaires syriens. Revêtir l’uniforme de l’armée syrienne et filmer la scène afin de susciter un tollé international serait le plan de ces militants, selon Bachar el-Jaafari qui n'a pas divulgué sa source.

En outre, les Etats-Unis seraient au courant de l’attaque à venir, d'après le représentant syrien. Parlant de provocation, il a mentionné l’activité suspecte d'experts américains qui, selon lui, auraient visité un dépôt de munitions chimiques dans la ville de Saraqeb, contrôlée par des rebelles dans la province d’Idlib, avant de rejoindre la Turquie.

Le phosphore est une substance extrêmement toxique, qui peut entraîner de graves blessures, et il est interdit d'y avoir recours dans les zones civiles, selon le droit international. Il est autorisé d'user de ce produit chimique uniquement pour créer un écran de fumée et faire des signaux aux troupes alliées. Récemment, si l'on en croit The Washington Post, des militaires américains auraient utilisé des bombes au phosphore blanc en Irak, arguant qu’elles avaient été déployées pour «masquer» l’offensive des combattants kurdes contre des islamistes.

Le même groupe islamiste Ahrar Al-Sham a été accusé en mars 2016 par les Unités kurdes de protection du peuple (YPG) d’avoir utilisé du phosphore blanc contre le quartier d'Alep Sheikh Maqsood, à majorité kurde. Ce groupe, qui serait lié au Front al-Nosra, n’a pas été reconnu officiellement par les Nations unies comme organisation terroriste et ce malgré l'insistance de la Russie dans le cadre de l'ONU et la déclaration récente du secrétaire d’Etat américain qui l’a qualifié de «sous-groupe» d’organisations terroristes, telles que Daesh et le Front Al-Nosra.

Lire aussi : Le groupe islamiste Jaysh al-Islam revendique l’usage d’armes chimiques contre les Kurdes en Syrie

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix