Le groupe islamiste Jaysh al-Islam revendique l’usage d’armes chimiques contre les Kurdes en Syrie

© Nawrouz Uthman

Après une attaque à Alep où 23 personnes sont mortes et plus de 100 ont été blessées, le groupe islamiste Jaysh al-Islam reconnaît avoir usé d’armes chimiques contre les Kurdes. Les combattants de ce groupe ont promis de punir les responsables.

«Lors des affrontements, un des leaders des brigades de Jaysh al-Islam a utilisé des armes prohibées», lit-on dans une communiqué officiel.

Le groupe a précisé que le commandant de brigade suspecté d’avoir fait usage d’armes chimiques avait été convoqué pour passer en jugement, ces agissements allant à l’encontre de la charte de Jaysh al-Islam. 

Lire aussi : 23 morts et près de 100 blessés dans l’attaque chimique d’Alep (PHOTOS, VIDEO)

Entre 11h30 et 12h30 locales, un quartier d’Alep contrôlé par des combattants kurdes a été la cible d’une attaque chimique. Des vidéos mises en ligne sur internet montrent un gaz jaune s’élevant au-dessus du quartier de Cheikh Maksoud. Ce gaz aurait provoqué suffocations et malaises. Au moins 23 personnes ont été tuées et plus de 100 autres blessées. 

Jaish al-Islam est l’un des principaux groupes impliqués dans le conflit syrien. Il est apparu en 2011 sous le nom de Liwa al-Islam et, depuis 2013, constitue une composante essentielle du Front islamique, coalition de groupes de combattants soutenue par les pays du Golfe. Par le nombre de combattants, le Jaish al-Islam occupe la deuxième place au sein du Front islamique, juste après Ahrar al-Sham.

LES IMAGES CI-DESSOUS PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITE

© Nawrouz Uthman

En 2013, le Front islamique avait publié une charte définissant ses principes en vue de la création d’une société ancrée dans la religion musulmane, charte qui a été violée le 7 avril lorsque l’un de ses commandants a fait usage d’armes chimiques. 

Exposition au chlore

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales