Les Australiens rejoignant les rangs de Daesh pourront voir leurs enfants leur être retirés

Les enfants syriens Source: Reuters
Les enfants syriens

Selon le ministre de l’Immigration Peter Dutton, les citoyens australiens qui combattent au Moyen-Orient au sein de formations terroristes pourront voir leurs enfants retirés de leur garde.

Cette pratique ne sera cependant pas appliquée de façon univoque, ce sera géré au cas par cas, a ajouté le ministre.

Ces déclarations ont été faites en réaction à l’information selon laquelle la femme du combattant australien de Daesh (Etat islamique) Khaled Sharrouf qui, selon Fairfax Media, essaie actuellement de rentrer en Australie avec ses cinq enfants. Khaled Sharrouf qui a quitté l’Australie en décembre 2013 s’est surtout fait connaitre pour avoir pris une photo révoltante d’un de ses enfants, un garçon de sept ans, tenant la tête tranchée d’un prisonnier syrien.

Une autre histoire choquante a également surgi il y a quelques jours, lorsqu’une jeune femme, mère célibataire, a quitté ses deux enfants de cinq et sept ans pour se rendre en Syrie afin de rejoindre l’Etat islamique. Agée de 26 ans, cette musulmane convertie a laissé ses enfants aux soins d’un baby-sitter puis n’est jamais revenue.

Le gouvernement australien a adopté une position ferme contre les terroristes potentiels et actuels, en proposant mardi de déchoir de leur citoyenneté les australiens possédant une double nationalité qui combattent en Iraq ou en Syrie, de même que ceux qui travaillent au profit de groupes terroristes en Australie.

Près d’une centaine d’australiens se trouvent actuellement au Moyen-Orient et combattent dans les rangs des djihadistes, alors que le nombre de supporters des groupes terroristes en Australie atteindrait au moins 150 personnes, selon l’agence australienne de renseignement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales