Une chanteuse en petite tenue près de la plus importante mosquée du Tatarstan provoque un tollé

© Capture d'écran d'une vidéo

Danse orientale ou profanation de mosquée ? Une vidéo filmée par une chanteuse populaire tatare qui danse près de la mosquée de Bolgar, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, suscite une grande polémique sur internet.

«Une honte pour le peuple tatar. Sur le territoire de la Mosquée Blanche du Tatarstan, lieu de culte majeur pour les musulmans tatars, on assiste à une profanation, une insulte à la maison d’Allah. Aucun croyant ne se permettrait d’insulter sa religion», a écrit Sedzagfar Loutfoulline, un prédicateur de la mosquée à Kazan sur sa page Facebook. L'homme s'indigne de la publication d’une vidéo de la chanteuse tatare, Reseda Ganioullina, dans laquelle on la voit danser près de la mosquée, en tenue de danseuse orientale.

La qualifiant de «stripteaseuse», Sedzagfar Loutfoulline lui a demandé de «se repentir auprès d’Allah» et de supprimer la vidéo des réseaux sociaux.

La vague d’indignation suscitée par cette vidéo et la chanteuse est telle qu’on l’a même comparée au groupe russe Pussy Riot. Les jeunes femmes de ce groupe avaient chanté dans la cathédrale du Christ Sauveur, à Moscou, une «prière punk» intitulée Holy shit, dans laquelle elles imploraient la Vierge Marie de «libérer le pays de Vladimir Poutine». Cette action avait provoqué une vague d’indignation et une forte polémique en Russie, et dans le monde. Les trois participantes avaient été condamnées à deux ans de colonie pénitentiaire.

«Tandis que des centaines de croyants font un pèlerinage dans une mosquée sacrée, une représentante du peuple tatar se permet de faire de telles choses ! Comment a-t-elle pu profaner un lieu de culte ? Ce n’est pas un club de striptease ou un restaurant ! A quoi pensent les muftis ? Une femme à moitié nue danse sur le territoire de la mosquée ! Pourquoi a-t-on condamné le groupe Pussy Riot à deux ans de prison pour avoir dansé dans une église et ne la juge-t-on pas ? A quoi pense le ministère de la culture ?», a écrit l’un des internautes en colère, Timour Sadri.

La chanteuse, elle, ne s’est pas encore prononcée sur ce sujet, expliquant être en tournée.

© Capture d'écran du compte d'une vidéo

  

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales