EN CONTINU : Suivez l'Assemblée générale de l'ONU à New York

La 71ème Assemblée générale de l'ONU se tient aujourd'hui à New York Source: Reuters
La 71ème Assemblée générale de l'ONU se tient aujourd'hui à New York

La 71e session plénière de l'Assemblée générale de l'ONU se tient à New York, avec des prises de parole des chefs d'Etat, qui porteront majoritairement sur la crise syrienne ainsi que la problématique des réfugiés.

  • Caresses et morsures, tel pourrait être résumé le discours d'Hassan Rohani, président de la république islamique d'Iran. Débuté avec un hommage aux victimes de 11 septembre, Rohani a par la suite lié «l'insécurité mondiale» à cet événement et aux «stratégies sécuritaires des grandes puissances mondiales» afin de protéger leurs citoyens.

    La déstabilisation du Moyen-Orient et la montée de «l'extrémisme religieux sans frontière» ont eu une place centrale dans son allocution. Pour le président iranien, seules la démocratie et la modération, mais également un travail multilatéral international, permettront de retrouver stabilité et paix.

    Très critique sur l'Arabie Saoudite, Hassan Rohani a appelé le pays à «cesser de mettre en oeuvre des politiques de division et de promouvoir des discours de haine». Avant d'ajouter, cette fois sans nommer Ryiad, que certains pays devraient «arrêter de cacher leur soif de pouvoir derrière des slogans religieux».

    En fin de discours, le plan d'action conjoint sur l'Iran a été abordé. Rappelant que ce plan est né par le travail de la communauté internationale, Rohani a déclaré que les Etats-Unis ne pouvaient s'y soustraire sans se retrouver dans l'illégalité et de perdre en crédibilité.

  • La présidente de la Lituanie a choisi de faire de son discours à l'Assemblée un vibrant plaidoyer féministe :  pauvreté, éducation des filles et le coût des violences faites aux femmes.

    Pour elle, les plus grands défis mondiaux, «du changement climatique à la lutte contre le terrorisme» ne pourront être relevés qu'«avec la pleine participation des femmes». 

  • «Je lance un appel pour un processus de réforme plus rapide et que l'Afrique prenne la place qui lui revient au sein du Conseil de sécurité.» Tout comme Paul Biya, président du Cameroun, le dirigeant de la Sierra Leone appelle l'ONU à revaloriser la place des dirigeants africains dans les discussions de l'ONU, «afin que leurs voix soient entendues».  Ernest Bai Koroma a souligné que l'Afrique était «le continent le plus touché par les décisions prises par l'ONU» et celui où la jeunesse était la plus importante.

  • La nouvelle session de l'Assemblée générale va débuter. Le Cameroun et Chypre seront les premières nations à s'exprimer.

  • Le Premier ministre canadien a axé son intervention autour de l'enjeu des réfugiés au Canada. Le pays accueille 31 000 familles syriennes et se pose comme objectif de «les intégrer pleinement à la classe moyenne canadienne».

    «La peur n'a jamais créé d'emploi ou nourri une famille.» Un discours teinté d'optimisme où Justin Trudeau a vanté les mérites de l'éducation, de la diversité et d'une économie plus juste.  

  • Theresa May se présente pour la première fois devant l'Assemblée générale de l'ONU. Le nouveau Premier ministre britannique débute son discours en critiquant le bombardement sur le convoi humanitaire en Syrie.

    Le premier ministre britannique s'est concentré sur la crise des migrants. Le Royaume-Uni souhaite une refonte des accords internationaux sur les migrations économiques ainsi que sur la demande d'asile. Pour Theresa May, l'asile devrait être accordé aux réfugiés dans le premier pays où ils arrivent pour éviter d'enrichir les groupes criminels et les passeurs. 

    Grand absent de son discours, le Brexit s'est invité devant l'Assemblée à la fin de son entretien. Theresa May a assuré que l'enjeu du Brexit pour les Britanniques n'était pas de se couper de l'UE, des Nations Unies et de leurs alliés mais de «maîtriser à nouveau la vie de leur pays». 

  • Coup d'état, terrorisme, crise des réfugiés, l'allocution de Recep Tayyip Erdogan est l'une des plus attendues de cette Assemblée générale.

    Le président turc a commencé fort en critiquant vertement l'UE sur la question migratoire : «Les réfugiés qui fuient la mort, la tyrannie et l'oppression sont confrontés à un traitement dégradant dans de nombreuses villes européennes».

    Très critique sur la question de la crise migratoire, Erdogan assure que son pays gardera «les portes ouvertes» à tous les réfugiés syriens même si «le reste du monde ne le fera peut-être pas». Une politique d'accueil que le président turc chiffre à près de 25 milliards de dollars. Un tribut qu'il annonce payer seul, l'Union européenne n'aurait, selon ses dires, pas tenu ses engagements.

    La tentative de coup d'état du 15 juillet dernier a également eu une place majeure dans son discours. Recep Tayyip Erdogan a salué «le courage» de son peuple qui a donné «une leçon historique au monde" en protégeant «notre démocratie et nos valeurs».

  • Abdhallah II, roi de Jordanie, s'est exprimé longuement sur le terrorisme qui souhaite «gommer la civilisation et nous ramener aux heures les plus sombres de notre histoire». Le dirigeant jordanien a ajouté que les idées préconçues sur l'islam véhiculées en Occident ne font qu'amplifier «la division et la haine».

    Pays d'accueil de près d'un million de réfugiés, la Jordanie est profondément touchée par le chaos actuel au Moyen-Orient et espère une résolution prochaine du conflit syrien.

    Le roi de Jordanie a achevé son discours en pointant du doigt la recrudescence de violence au Proche-Orient. «Aucune injustice n'a attisé autant de haine que la non reconnaissance de la Palestine par Israël.»

Lire aussi : La 71e Assemblée générale de l’ONU s’ouvre à New York, le problème des réfugiés au cœur des débats

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales