Libye : les autorités autoproclamées de l'est prennent deux terminaux pétroliers au gouvernement

Libye : les autorités autoproclamées de l'est prennent deux terminaux pétroliers au gouvernement© HO Source: AFP
Le terminal pétrolier al-Sedra (ici en janvier 2016).

Les forces du général Khalifa Haftar ont affirmé avoir conquis deux importants ports pétroliers qui se trouvaient sous le contrôle du gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale.

La guerre civile libyenne se poursuit : le 11 septembre, d'après l'agence Lana, les troupes du général Khalifa Haftar ont fait savoir qu'elles contrôlaient désormais «le terminal d'al-Sedra [et] le quartier industriel, la zone résidentielle et le terminal de Ras Lanouf», dans le nord-est de la Libye.

Les infrastructures en question, d'importance stratégique, étaient jusqu'alors sous la direction de combattants alliés du gouvernement d'union national (GNA), reconnu par la communauté internationale et installé à Tobrouk. 

Rival de ce gouvernement, mais également ennemi de l'Etat islamique, le général Khalifa Haftar est à la tête de l'autoproclamée «Armée libyenne nationale» (ALN), présente dans l'est du territoire libyen.

Bataille pour le contrôle du «Croissant pétrolier»

Les forces de l'ALN et du GNA s'affrontent désormais pour le contrôle d'un troisième terminal pétrolier, du nom de Zueitina, selon l'agence libyenne Lana citée par l'AFP.

Fin juillet, les Gardes des installations pétrolières (GIP), loyaux au GNA, avaient annoncé la réouverture des terminaux de Ras Lanouf et d'al-Sedra. Ces derniers avaient été fermés en janvier, à la suite de l'incendie de leurs réservoirs provoqué par des attaques de Daesh. Les troupes du général Haftar, revendiquant ces ports, avaient annoncé à cette occasion qu'elles frapperaient les navires qui s'y rendraient pour commercer avec le GNA.

L'ensemble de ces terminaux font partie d'une zone appelée «Croissant pétrolier», qui regroupe les principaux ports pétroliers du pays et s'étend entre les villes de Marsa el-Brega et Bin Jawad, dans la partie orientale de la façade méditerranéenne du pays.

Lire aussi : Libye : les autorités somment la France de s'expliquer sur la présence de ses soldats dans le pays

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»