Libye : les autorités somment la France de s'expliquer sur la présence de ses soldats dans le pays

Après l'opération de 2011, l'armée française a fait son retour en Libye Source: Reuters
Après l'opération de 2011, l'armée française a fait son retour en Libye

Le Gouvernement d’accord national (GNA) est en colère contre la France. L’autorité soutenue par l’Occident a publié un communiqué offensif le 21 juillet. Elle demande à l'Hexagone d'expliquer la présence de ses forces spéciales sur le sol libyen.

La polémique sur la mort de trois militaires français en Libye ne fait que commencer. Alors qu’une partie de la classe politique hexagonale demande des comptes aux autorités, c’est maintenant le Gouvernement d’accord national (GNA) libyen qui fait de même.

Courroucé par la présence de forces spéciales françaises sur son sol, le pouvoir basé à Tripoli et soutenu par la majorité des pays occidentaux, dont la France, a diffusé un communiqué sur Facebook. L’autorité affirme qu’elle ne fera aucun compromis sur la souveraineté de la Libye.

«Le Conseil présidentiel exprime son très vif mécontentement quant à la présence française dans l’est de la Libye sans coordination avec le Conseil [...]», a tempêté le GNA.

Conflit entre les pouvoirs de l’est et de l’ouest libyen

Un point de l’affaire revêt une importance toute particulière. Les soldats français abattus l’ont été dans l’est du pays. Ils travaillaient en collaboration avec les forces loyales au commandant Khalifa Haftar, qui luttent contre les islamistes dans la région. Problème ? Ce commandant, contrairement à la France, ne reconnaît pas la légitimit du pouvoir de Tripoli.

En savoir plusLibye : les Occidentaux soutiendraient-ils des troupes concurrentes aux forces gouvernementales ?

Le GNA n’est pas contre le fait de demander l’aide de pays étrangers pour combattre les terroristes mais tient à garder le contrôle. Pourtant, des forces spéciales françaises, britanniques et américaines sont présentes sur le sol libyen. A l’est comme à l’ouest du pays.

En parallèle de la réaction officielle du GNA, des centaines de personnes ont défilé le 21 juillet contre la présence militaire étrangère dans plusieurs villes, dont Tripoli et Misrata.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales