Formé par les Etats-Unis, ce Tadjik serait le nouveau commandant en chef de Daesh

Formé par les Etats-Unis, ce Tadjik serait le nouveau commandant en chef de Daesh © Capture d'écran Twitter
Le djihadiste tadjik Gulmurod Khalimov

Un colonel des forces spéciales du Tadjikistan, entraîné par Washington mais qui a déserté l'an dernier, aurait récemment été nommé commandant des forces de l'Etat islamique en Irak. Il est aujourd'hui l'un des hommes les plus recherchés au monde.

«Une information fait état du fait que Gulmurod Khalimov a été nommé nouveau commandant en chef de l'Etat islamique, après l'assassinat de son précédent chef, Abu Omar al-Shishani», a confié une source située dans la province de Ninive, à proximité du bastion de Daesh en Irak, au média irakien Al Sumaria. Daesh serait resté discret sur cette nomination par crainte que le nouveau commandant ne devienne une cible prioritaire pour la coalition.

L'Etat islamique en Irak était sans commandant en chef depuis la mort d'Abu Omar al-Shishani, tué dans une frappe de drone en mars dernier par les Américains selon les Etats-Unis, allégation réfutée par Daesh, qui affirme que celui-ci a trouvé la mort durant des combats en Irak, au mois de juillet.

Si l'information concernant la prise de fonction de Gulmurod Khalimov se vérifiait, les forces irakiennes engagées dans la reconquête du pays et leurs alliés américains feraient alors face à un commandant bien entraîné, notamment par les Etats-Unis. Car, avant de déserter pour rejoindre l'Etat islamique en avril 2015, l'homme avait fait partie des forces spéciales tadjikes, avait le grade de colonel, de commandant de police et était un tireur d'élite.

Un mois après son arrivée en Syrie, il exprimait, dans une vidéo diffusée par Daesh, son désir d'exporter le djihad au Tadjikistan, en Russie et aux Etats-Unis.

Il a aussi confessé qu'entre 2003 et 2014, il avait participé à cinq sessions d'entraînements au contre-terrorisme aux Etats-Unis et au Tadjikistan, organisées par le département d'Etat américain. Une partie de cette formation aurait été assurée par la société de mercenariat privée Blackwater.

Une menace tant pour la Russie et que les Etats-Unis

Durant sa carrière d'officier de police au Tadjikistan, Gulmurod Khalimov a aussi réalisé plusieurs formations en Russie. A ce titre, il incarne le risque constitué par les ressortissants des anciennes républiques soviétiques et de Tchétchénie partis rejoindre les rangs du Califat, s'il décidait de rentrer au pays en y important le djihad. 

C'est aussi pour éviter ce genre de situations, qui ferait peser de graves risques sur la sécurité intérieure de la Russie et des anciens membres de l'Union soviétique que Moscou s'est lancé, en septembre 2015, dans une opération anti-terroriste en Syrie, à la demande des autorités syriennes.

Lire aussi : Une vidéo attribuée à Daesh menace la Russie et Poutine d’attentats

Aujourd'hui, Gulmurod Khalimov est l'un des hommes les plus recherchés de la planète. Dans son pays d'origine, il fait face à diverses charges telles que trahison et participation à un groupe armé dans un pays étranger. Il est aussi l'objet d'une notice rouge de la part d'Interpol et son nom figure sur les listes de personnes sanctionnées à la fois par l'ONU et les Etats-Unis.

La semaine dernière, le département d'Etat américain avait annoncé offrir une récompense de 3 millions de dollars pour «toute information amenant à la localisation, l'arrestation et/ou la condamnation de Gulmurod Khalimov, un cadre important du groupe terroriste […] Etat islamique».

Washington le considère comme une menace particulièrement dangereuse compte tenu de sa formation dans l'anti-terrorisme, les «situations de crise, la négociation de prise d'otage et le commandement tactique», a confié, à l'agence Reuters, une source du département d'Etat.

Lire aussi : Et si la mort du «porte-parole de Daesh» al-Adnani ne changeait finalement rien ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»