Les bureaux d’une chaîne de télévision ukrainienne accusée de vues pro-russes incendiés (VIDEO)

© Tanya Pasova / YouTube

Les studios et bureaux de la chaîne de télévision Inter ont été attaqués par d’anciens militaires qui protestaient contre la ligne «prorusse» du média. Ce dernier dénonce quant à lui ce qu’il perçoit comme une attaque contre la liberté de parole.

Les bureaux de cette chaîne, situés à Kiev, ont été incendiés deux fois le 4 septembre. Dans un premier temps, des pneus en feu ont été apportés à l’intérieur de l’immeuble, provoquant un incendie au rez-de-chaussée et dans les premiers étages, rapporte l'agence Intefax Ukraine, citant les services d’urgence ukrainiens.

Vingt minutes après la fin de cet incendie, un nouvel objet enflammé été apporté dans les locaux du média, déclenchant un incendie encore plus important.

Ces incendies criminels se seraient déclarés alors qu’un groupe d’individus se trouvait devant le bâtiment pour protester contre la ligne éditoriale de la chaîne. Le média étant accusé de vues prorusses, des manifestants ont vandalisé les murs du bâtiment qui l'abrite, écrivant des slogans suggérant qu’Inter avait des liens avec Moscou.

L’attaque a été perpétrée par d’anciens militaires ukrainiens, a confié le ministre ukrainien de l’Intérieur Arsen Avakov dans une interview accordée à la chaîne de télévision 1+1. Il a confirmé que des hommes en tenue de camouflage protestaient contre «les vues prorusses» de la chaîne, déclenchant un affrontement avec les services chargés de garantir la sécurité des locaux.

Le directeur de la société National Information Systems qui fait partie du groupe de médias Inter, Alexandre Pilipets, a expliqué que des inconnus cagoulés s’étaient avaient forcé le poste de sécurité pour pénétrer dans le bâtiment et qu'ils avaient mis le feu à un studio, selon le site d’informations Strana.ua. D’après ses dires, les assaillants auraient aussi laissé derrière eux une mine antichar.

Un témoin a confié à des journalistes que des individus en uniforme militaire bloquaient une sortie de l’immeuble en feu. Selon lui, une dizaine de personnes bloquaient les portes sans que la police intervienne.

Lire aussi : Le centre culturel russe ciblé par des fumigènes à Kiev

Le groupe Inter a fait savoir qu’un studio de la chaîne avait complètement brûlé. Plusieurs employés ont eu besoin d’assistance médicale en raison d’une intoxication au monoxyde de carbone et qu’une femme souffrait d’une fracture de la jambe, a indiqué la société.

Les services d’urgence ukrainiens n’ont quant à eux signalé aucun blessé. Interfax a rapporté que 45 personnes avaient été évacuées. Selon la police, six personnes ont été arrêtées.

Une enquête a été ouverte à cause de cet incendie mais pas seulement. Les plaintes de «militants et élus» qui accusent le groupe médiatique de liens avec Moscou et de vues antigouvernementales seront également prises en compte.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales