La frontière turco-syrienne doit être «nettoyée» de l'Etat islamique, affirme Ankara

Un soldat de l'armée turque, en juillet 2016.© OZAN KOSE Source: AFP
Un soldat de l'armée turque, en juillet 2016.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a souligné sa volonté d'éradiquer l'organisation terroriste des environs de la frontière turque, au lendemain d'un attentat meurtrier dans le sud-est du pays.

«Notre frontière doit entièrement être nettoyée de Daesh», a fait savoir le chef de la diplomatie turque, lors d'une conférence de presse le 22 août à Ankara, ajoutant qu'il était du «droit le plus naturel [de la Turquie] de combattre cette organisation terroriste sur [son] territoire et à l'étranger».

Une déclaration contredisant les régulières accusations portées à l'encontre de la Turquie, membre de la coalition internationale contre l'Etat islamique menée par les Etats-Unis, au sujet de sa supposée indulgence vis-à-vis du groupe djihadiste. Un certain nombre d'experts et d'acteurs politiques, en effet, ont pu assurer qu'Ankara coopérait avec Daesh, ou du moins facilitait la traversée de la frontière turco-syrienne pour les terroristes. En mai dernier, par exemple, la co-présidente du Parti démocratique des peuples pro-Kurdes avait déclaré que «la Turquie [était] organiquement liée à Daesh».

Deux mois plus tôt, un site belge d'information avait rapporté qu'un djihadiste originaire de ce pays, Yassine Lachiri, avait été rendu à l'Etat islamique par la Turquie contre des otages.

Le 20 août, une attaque terroriste a causé la mort d'au moins 50 personnes dans la ville de Gaziantep, près de la frontière syrienne. Si l'Etat islamique n'a pas revendiquée cette tuerie, le président turc Erodgan a déclaré que celle-ci portait la signature de l'organisation djihadiste.

Lire aussi : La Turquie annonce qu’elle ne changera pas sa stratégie au sein de la coalition contre Daesh

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales