Munich : après la fusillade, les Allemands pleurent leur victimes et fustigent Angela Merkel

© Michael Dalder Source: Reuters

Si les politiques, prudents, se contentent de saluer le travail de la police et présenter leurs condoléances aux familles des victimes, les citoyens montrent leur colère envers le chancelière Merkel, déplorant son silence.

Le président du Parlement européen et membre du parti social démocrate allemand Martin Schulz s'est dit «consterné et choqué» par la fusillade de Munich, ajoutant que ses pensées vont vers les victimes et leurs familles. 

Rejoignant les propos de Martin Schulz, le ministre de la Justice allemand Heiko Maas a parlé de faits «incompréhensibles et répugnants», tout en félicitant les policiers pour avoir «protégé la population et sauvé des vies».

Lire aussi : «Un nouvel acte ignoble», les réactions affluent après la fusillade meurtière de Munich

Heiko Maas a par ailleurs tenu à remercier tous ceux qui avaient «ouvert leurs portes et leur cœur aux munichois pendant l'attaque», évoquant la solidarité des habitants de Munich avec ceux qui se toruvaient dans un état de panique et de détresse.

Le président allemand Joachim Gauck s’est déclaré «horrifié» par «l'attaque meurtrière» de Munich, apportant sa solidarité aux victimes et à leurs proches au détour d'un communiqué de presse.

Le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, a lui annoncé qu'il interrompait un déplacement en cours aux Etats-Unis pour rentrer en Allemagne.

Le président de l'alliance CDU-CSU au parlement allemand Michael Grosse-Brömer a assuré avoir «entièrement confiance dans les forces de police», tout en présentant ses condoléances aux familles des victimes de l'attaque.

Du côté du SPD, le ministre allemand de l'Economie et de l'Energie Sigmar Gabriel a parlé d'«horribles nouvelles», tout en saluant le travail «incroyable» de la police et des forces antiterroristes et appelant à «ne pas faire d'amalgames inutiles et de conclusions hâtives».

La ministre allemande de la Famille Kristina Schröder (CDU) a elle aussi salué les forces de police en affirmant que la police bavaroise était «la meilleure d'Allemagne».

Ramona Pop, membre du parti écologiste Die Grünen a quant à elle tweeté : «nos pensées vont aux victimes et à leurs familles», ajoutant «merci pour votre formidable travail» à l'adresse de la police munichoise. 

Autre membre de Die Grünen, Volker Beck, a rejoint les propos de ses collègues en politique en rappelant qu'il était «solidaire avec les victimes» et saluant les policiers pour «leur travail efficace malgré le grand danger». 

Lire aussi : Les premières images de la fusillade de Munich (VIDEOS CHOC)

Prostration et colère envers Angela Merkel

Sur la toile, les politiques ne sont bien évidemment pas les seuls à s'exprimer. Les citoyens allemands eux aussi ont massivement réagit sur les réseaux sociaux. Mais alors que le monde politique s'est contenté de présenter ses condoléances aux victimes et saluer le travail des policiers, les twittos eux, s'en sont violemment pris à la chancelière Angela Merkel et sa politique migratoire.

«J'espère qu'Angela Merkel est en train de dormir paisiblement. Elle a du sang sur les mains», dit cet internaute : 

Un autre se dit «surpris que ce [qui s'est passé à Munich] ne soit pas arrivé plus tôt», interpellant directement Angela Merkel : «Alors, vous devez être fière de toutes vos décisions de ces dernières années».

Un autre Tweet est encore plus violent : «les familles des victimes tuées, blessées, violées devraient remercier la chancelière Merkel pour la destruction de l'Allemagne qu'elle est en train de mener».

Nombreux sont ceux qui, critiques à part, déplorent surtout le silence de la chancelière allemande qui ne s'est toujours exprimée plusieurs heures après l'attaque : «l'Allemagne subit une vague d'attaques islamistes perfides et cruelles et Angela Merkel se tait», dit cet internaute allemand : 

«Madame Merkel, vous auriez du vous adresser à nous [les allemands] hier. Vous pouvez bien être ce que vous voulez, mais vous n'êtes sûrement pas une chancelière», s'offusque un autre citoyen allemand : 

«Où était Merkel ? En voilà une bonne question !» ajoute une internaute via son compte Twitter :

«Partout dans le monde, tous les politiques réagissent. Seule Angela Merkel ne dit rien», dit une autre : 

Le magazine allemand Focus a même publié un article sur ce silence de la chancelière. L'auteur revient sur les événements de ces derniers jours, rappelant qu'Angela Merkel, qui est actuellement en vacances «ne dit rien au peuple, ne s'exprime pas pour les allemands».

Alors que de nombreux Allemands la surnomment «Mutti» [«Maman»], le magazine assure que le comportement de la chancelière n'est «absolument pas digne d'une mère qui protège ses enfants».

«La moindre des choses qu'une mère aurait du faire dans de telles circonstances est d'avoir été là avec ses enfants pour leur redonner confiance et se montrer forte devant le danger», affirme l'article. 

Le magazine s'offusque également du fait que le porte-parole d'Angela Merkel à la presse, Steffen Seibert, ne s'est presque pas exprimé sur Twitter, alors qu'il avait suivi assidûment la tentative de coup d'Etat en Turquie le 15 juillet.

En effet, le journaliste et porte parole n'a fait que retweeter des tweets du département des Affaires étrangères allemand qui présentait ses condoléances aux victimes, avant de poster un tweet aux alentours de 10h le 23 juillet, annonçant qu'Angela Merkel allait réunir ses ministres aux alentours de 12h30. Information qui circulait sur la toile et dans les médias depuis déjà plusieurs heures.

Lire aussi : Nationalisme ou terrorisme islamiste ? Interrogations sur les motivations de l'assaillant de Munich

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales