Des hackers font planter Pokémon Go et rendent fous les joueurs

New-York est une des villes les plus touchées par le phénomène venu du Japon Source: Reuters
New-York est une des villes les plus touchées par le phénomène venu du Japon

Un groupe de pirates informatiques a revendiqué une attaque des serveurs de l’application Pokémon Go qui a causé de grandes perturbations le 16 juillet. Les joueurs étaient en rage. Preuve supplémentaire de son succès délirant.

«C’était juste un test. On fera bientôt quelque chose à plus grand échelle», a fait savoir le cyber-collectif nommé PoodleCorp, donnant la chair de poule à des millions de joueurs. Un des membres du collectif a en effet déclaré, via le réseau social Twitter, être à l’origine de l'attaque qui a touché les serveurs de Pokémon Go le 16 juillet.

Le groupe, qui a récemment pris pour cibles des stars de YouTube comme Pewdiepie, a l’intention de frapper à nouveau l’application nippone qui permet de capturer les petits monstres grâce à la réalité virtuelle.

Phénomène de société

Véritable succès qui frise le délire, Pokémon Go a déjà des millions d’aficionados à travers le globe. Et ils vivent très mal le fait de ne pas pouvoir jouer à leur application préférée. Voici un petit florilège des réactions à l’attaque informatique du 16 juillet :

«Francis, tu t'amusais trop avec Pokémon Go, alors un groupe de hackers a décidé de faire sauter les serveurs pour toi !»

«Je suis vraiment énervée que Pokémon Go soit hors service à cause d'un groupe de rabat-joie qui a décidé que ce serait drôle de pirater les serveurs et de les faire sauter.»

«Quand tu dois arrêter de jouer à Pokémon à cause d'une bande d'abrutis qui n'apprécient pas que les gens s'amusent et qui décident de pirater pour le fun.»

«Pourquoi quelqu'un voudrait pirater les serveurs de Pokémon Go et faire planter le jeu ? Je ne comprends pas et je veux vraiment les attraper tous !»

Moyen de nuire habituel

Les pirates informatiques ont utilisé une technique bien connue : l’attaque par dénis de service. Elle consiste à inonder un serveur de millions de requêtes pour le faire saturer et le mettre ainsi hors service. Des centaines de milliers de joueurs n’ont plus été en mesure d’accéder à l’application pendant un certain temps.

En savoir plusIrak : parti combattre Daesh, un volontaire américain joue à Pokémon Go sur le front

Plus tôt durant le mois de juillet, les serveurs avaient déjà subi des difficultés devant le succès incroyable qu'avait connu cette application dès son lancement.

Ce qui n'empêche pas ce jeu d'être également très critiqué, car il est à l’origine de plusieurs accidents. Le 15 juillet, un homme a expédié sa voiture contre un arbre avant de reconnaître devant les forces de l’ordre qu’il était en train de jouer à Pokémon Go.

Au soir du 15 juillet, un «Aquali», un petit monstre rare, est apparu en plein Central Park à New-York. La cohue qui s’en est suivie a fait le bonheur des gazettes du monde entier.

Un jour avant, deux hommes sont tombés d’une falaise à San Diego après l'avoir escaladée... dans le but d'attraper une de leurs cibles.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales