Entre soulagement et crainte, les dirigeants du monde réagissent au coup d’Etat en Turquie

Entre soulagement et crainte, les dirigeants du monde réagissent au coup d’Etat en Turquie© Yasin Akgul

Après la tentative, avortée, de coup d’Etat en Turquie, qui a laissé derrière elle un douloureux bilan humain, le monde entier s’est interrogé sur les conséquences politiques du putsch.

Par la voix de son ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, la France a indiqué qu’elle «espère que la démocratie turque sortira renforcée par ce test et que les libertés fondamentales seront totalement respectées.»

Le président François Hollande a fait part de sa crainte de voir «des répressions» après le coup d’Etat «qui n’a pas, heureusement, prospéré».

Alors que l’issue du putsch n’était pas encore connue, le député Les Républicains de l’Aube Nicolas Dhuicq a entretenu l’espoir au détour d’un tweet : «Et si le coup militaire réussissait et nous débarrassait d'Erdogan pour restaurer la politique d'Atatürk ?»

La ministre du Droit des femmes Laurence Rossignol a elle estimé que «tout cela ne présage rien de bon pour les libertés et surtout celles des femmes déjà en recul.»

A l'international, on appréhende les conséquences

Ailleurs dans le monde, certains ont mis en garde des conséquences négatives que pourraient avoir les événements du 15 juillet. C’est le cas d’Elmar Brok, allié de la chancelière allemande et président du Comité des Affaires étrangères du Parlement européen. Il a indiqué au journal Die Welt qu’Erdogan pourrait bien «nettoyer» son armée, ce qui «renforcerait sa position de pouvoir» à la tête de la Turquie.

Cette analyse a aussi été partagée par le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel García-Margallo.

Après avoir condamné la tentative de renverser le gouvernement turc, la chancelière allemande Angela Merkel a, pour sa part, appelé Erdogan à traiter les putschistes en respectant «l'Etat de droit».

Du côté de la Grande-Bretagne, le fraîchement nommé ministre des Affaires étrangères Boris Johnson a souligné le soutien de son pays au «gouvernement démocratiquement élu» d’Ankara, au cours d’un entretien privé avec son homologue turc.

Le ministère russe des Affaires étrangères s’est lui interrogé sur les conséquences géopolitiques des événements : «L’escalade de la situation politique [en Turquie] avec en toile de fond les menaces terroristes existant dans ce pays et le conflit armé dans la région, pose des risques élevés pour la stabilité internationale et régionale.» 

Lire aussi : «Les jours du président Erdogan sont comptés»,des experts sur la tentative du coup d'Etat en Turquie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»