«Les jours du président Erdogan sont comptés»,des experts sur la tentative du coup d'Etat en Turquie

Source: Reuters

Dans la nuit du 15 au 16 juillet une partie de l'armée turque a tenté de mener un coup d'Etat qui s'est soldé par un échec. RT a demandé l'avis des experts sur cet évènement et sur ses éventuelles conséquences.

Gerald Horne, écrivain et historien, professeur de l’université de Houston,  collaborateur régulier de Political Affairs Magazine : «Les jours du président Erdogan sont comptés»

RT : Quelles seront les conséquences de cette tentative de coup d'Etat ? 

Gerald Horne (G. H.) : Quoi qu’il arrive, le président Ergogan a été affaibli. Je pense que ses jours sont comptés.  

Des problèmes de long terme ne disparaitront pas immédiatement

Il est surprenant que le président Erdogan soit allé à Istanbul - une ville dont il avait été le maire - au lieu de retourner à la capitale Ankara où l’opposition gagne du terrain. Le coup d’état ne pourra pas atténuer le problème qu’il a avec la population kurde et qui, je vous rappelle, a détérioré les relations entre la Turquie et les Etats-Unis. Des problèmes de long terme ne disparaitront pas immédiatement.

RT : Néanmoins, le président Erdogan semble avoir bénéficié du soutien populaire...

G. H. : Il ne faut quand même pas oublier qu'il [Erdogan] a gagné les élections à plusieurs reprises. Mais l’armée c’est une institution qui est toujours très respectée en Turquie. Je crois que l’opposition va s’insurger quand, suite à cette tentative de coup d’Etat, le président commencera à prendre des mesures répressives contre l’armée.

L’UE n’accepterait pas un gouvernement faisant objet des coups d’Etat réguliers

RT : Comment ces évènements vont-ils influencer le processus de l'adhésion de la Turquie à l'UE ?

G. H. : Cela ne contribuera évidemment pas aux efforts de la Turquie d’accéder à l’UE. C’est tout d’abord un signe d’instabilité, et l’UE n’accepterait pas un gouvernement faisant objet de coups d’Etat réguliers. Ce qui inquiète également l’UE, c’est que la Turquie essaie d’obtenir de Bruxelles des financements supplémentaires pour les 2,5 millions de réfugiés qui affluent dans le pays, en grande partie à cause de son ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Syrie. 

RT : La position de la Turquie au sein de l'OTAN, sera-t-elle affectée ?

G. H. : L’avenir s’annonce difficile pour la Turquie, vu les problèmes internes, y compris à Istanbul-même - il suffit de se rappeler les mesures de répression [du mouvement protestataire à Istanbul] en 2013. Au début de son mandat présidentiel, Recep Erdogan a annoncé la politique de «zéro problème avec les voisins», maintenant il en a plusieurs avec tous ses voisins. Je ne pense pas que les faucons de l’OTAN soient contents que le dirigeant turc se soit excusé devant Moscou pour avoir abattu l’avion russe et que les relations russo-turques s’améliorent au moment où l’OTAN a des tensions avec la Russie.

Ali Rizk, expert du Moyen-Orient : «Tout ce qui s’est passé pourrait faire le jeu d’Erdogan en augmentant sa popularité»

RT : Comment la situation dans le pays changera-t-elle suite aux évènements de cette nuit ?

Ali Rizk (A. R.) : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a toujours aspiré à renforcer son emprise sur le pouvoir et je pense qu’il va profiter de la situation pour atteindre ses buts politiques, sans dire pour autant qu’il s’attendait à quelque chose de ce genre. Ceux qui ont organisé cette tentative de coup d’Etat l’ont apparemment fait à la hâte, ce qui a largement contribué à leur échec : c’était un petit groupe, ils ne l’ont pas bien planifiée. L’interview avec le président Erdogan, paraît-il, a incité ceux qui le soutenaient à descendre dans les rues. Finalement, tout ce qui s’est passé pourrait même faire le jeu d’Erdogan en augmentant sa popularité.

Nous voyons qu’il y a un pivot dans la politique étrangère de la Turquie

RT : Qui était derrière cette tentative de coup d’Etat ?

A. R. : Le président a un grand nombre d’ennemis dans notre pays, nous savons que l’armée turque n’approuve pas la politique de Recep Erdogan, mais, en même temps, les dernières semaines ont vu un changement de sa politique envers la Russie ; le Premier ministre a également évoqué la possibilité de rétablir les relations avec le gouvernement syrien.

Nous voyons donc qu’il y a un pivot dans la politique étrangère de la Turquie. Si les militaires sont contre la politique menée vis-à-vis de la Syrie et celle-là commence à changer, ce n’est peut-être pas la cause de cette tentative - peut-être que certains ont des aspirations à l’intérieur du pays. Toutefois, comme les évènements le montrent, ils ne sont qu’une minorité.

Il est très probable que la Turquie se dirigera vers plus d’autoritarisme

RT : Jusqu’où pourra aller cette chasse aux sorcières qui s’annonce ?

A. R. : Il y aura certainement des répressions, des mesures encore plus sévères, on évoque même la possibilité de réstauration de la peine de mort. Tout cela pourrait transformer la Turquie – un pays que l’on qualifiait de démocratie respectant les droits de l’homme – en un Etat policier. Il est très probable que la Turquie se dirigera vers plus d’autoritarisme.

Talat Masood, général de l’armée pakistanaise à la retraite : «La Turquie a désormais peu de chances d’adhérer à l’UE»

RT : Les autorités turques considèrent la possibilité de réintroduire la peine de mort. Est-ce probable ?

Talat Masood (T. M.) : C’est bien possible, parce que cette fois ils vont agir plus fermement. Le président l’a indiqué dans l'un de ses discours en disant : «Cette fois nous serons beaucoup plus durs.» Je pense donc qu’ils pourraient vraiment choisir quelques personnes et aller jusqu’à la peine de mort.

Un tel coup d’Etat renforcera encore plus le camp de ceux qui ne veulent pas voir la Turquie au sein de l’UE

RT : Comment ces évènements pourraient-ils influencer les relations entre la Turquie et l'UE ?

T. M. : La Turquie a désormais peu de chances d’adhérer à l’UE, au moins dans les années à venir. Beaucoup de gens s’opposaient déjà à son adhésion et un tel coup d’Etat renforcera encore plus le camp de ceux qui ne veulent pas voir la Turquie au sein de l’UE. Même avant cela, la politique du dirigeant turc était souvent critiquée pour des raisons différentes. Aussi, je ne pense pas que l’on puisse parler de l’adhésion proche de la Turquie à l’UE.

Ce coup sera une chance pour le président de modifier ses politiques

RT : Le pays a-t-il vraiment retrouvé sa stabilité ?

T. M. : Le pays a énormément de problèmes. Malgré son immense popularité auprès des gens pauvres et de la classe moyenne, Recep Erdogan a poursuivi des politiques auxquelles s’oppose une partie de l’élite et certaines personnalités importantes de l’establishment, ce qui a polarisé la Turquie. Je crois que ce coup sera une chance pour le président de modifier ses politiques, de les rendre plus modérées, car s’il ne le fait pas, ces divisions vont demeurer et la Turquie ne pourra pas aller de l’avant.

Edmund Ghareeb, expert libano-américain, professeur de l'université George Washington

Les affaires intérieures seront la principale occupation du président Erdogan

RT : Quelles seront les conséquences politiques de ce coup d'Etat en Turquie ?

Edmund Ghareeb (E. G.) : Le président turc est soutenu par beaucoup de gens, l’élection l’a bien prouvé, ainsi que le fait que les gens soient sortis dans les rues pour réagir à ce coup d’Etat. Certes, beaucoup de turcs n’approuvent pas sa politique et la critiquent en prétendant qu’elle éloigne la Turquie de son passé laïc. Ceux qui soutiennent Erdogan sont quand même beaucoup mieux organisés que l’opposition.

La question principale qui se pose c’est ce que ce défi énorme à l’autorité présidentielle changera dans la politique turque. Les affaires intérieures seront la principale préoccupation du président Erdogan. Il continuera probablement d'agir pour améliorer les relations avec les pays voisins, rétablir des rapports normaux avec la Russie et avec Israël. Il y a des chances pour qu’il y ait un changement dans ses relations avec la Syrie et l’Irak. Nous n’avons qu’à attendre. En tout cas, ce sont les affaires domestiques qui seront certainement au centre de l’attention dans les semaines à venir, car l’opposition, et notamment l’opposition kurde, est forte en ce moment.

Le président Erdogan doit être conscient de son isolement sur l’arène internationale

RT : Quelles pourraient être les actions suivantes du président Erdogan ?

E. G. : Quand la situation sera plus stable et quand tous les coupables seront punis, il faudra retourner à la question de l’unité de la Turquie, et le président pourrait entreprendre des mesures pour assurer la réconciliation avec l’opposition. Mais s’il continue à poursuivre la même politique, il le fera déjà en étant beaucoup plus fort par rapport à ceux qui ont entrepris cette tentative de coup d'Etat.

On ne peut pas prédire quelle option choisira Recep Erdogan, mais ce qui est sûr, c’est que sa politique à l’encontre de ses opposants restera ferme. En même temps, il doit être conscient de son isolement sur l’arène internationale et de la nécessité de trouver de nouveaux amis dans la région et dans le monde entier.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales