Le Royaume-Uni publie enfin le rapport Chilcot sur l'engagement britannique en Irak

Source: Reuters

Après sept ans de travail, la commission d’enquête a présenté un rapport de 12 volumes (2,6 millions de mots) explorant la participation du Royaume-Uni dans la guerre en Irak en 2003, initiée par Tony Blair et le président américain George W. Bush.

Le rapport, très attendu par les Britanniques, sera enfin publié ce 6 juillet. La commission Chilcot, selon le nom de son président, John Chilcot, a enfin fini ses travaux. Pendant sept ans, elle a auditionné plus de 120 témoins, dont Gordon Brown et Tony Blair - que ce rapport menace particulièrement. Le rapport entend présenter les véritables conditions de la participation du Royaume-Uni dans la guerre en Irak, qui a coûté la vie à 179 jeunes Britanniques.  

A l’heure actuelle, Tony Blair, qui était le chef du gouvernement britannique entre 1997 et 2007, est accusé d'avoir trompé sa population en affirmant que l'Irak possédait des armes de destruction massive, ce qui n'a jamais été confirmé.

La guerre en Irak a été déclenchée le 19 mars 2003. Des dizaines de milliers d'Irakiens ont été tués lors de cette guerre, qui a en outre été suivie de violences interconfessionnelles. Quelques 45 000 soldats britanniques y ont pris part entre les années 2003 et 2009.

Ce n'est pas le premier rapport sur l'action de l’ancien Premier ministre britannique. En 2004, Robin Butler avait conclu que Tony Blair avait exagéré devant le Parlement la menace représentée par le président irakien Saddam Hussein.

Les avocats des familles de 29 des soldats morts en Irak espèrent que le nouveau rapport pourra servir de base à une action en justice contre Blair, ses ministres, ou le gouvernement en général.

«Tony Blair a envoyé 179 enfants à la boucherie. Il n'y a aucune justice», a déclaré Janice Procter, dont le fils Michael Trench a été tué en Irak en 2007, à l'âge de 18 ans.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales