Les cinq plus belles gaffes post-Brexit

Le leader du Ukip, Nigel Farage, ici en compagnie de Jean-Claude Juncker, fait partie de notre top spécial boulettes post-Brexit Source: Reuters
Le leader du Ukip, Nigel Farage, ici en compagnie de Jean-Claude Juncker, fait partie de notre top spécial boulettes post-Brexit

Depuis que les électeurs du Royaume-Uni ont choisi de quitter l’Union européenne par référendum, tout le monde a son avis sur la question. Politiques comme sportifs, chacun y va de sa réaction. Parfois pour le pire.

Le séisme du 24 juin est encore dans toutes les têtes. L’Union européenne s’était réveillée amputée d’un membre. Le Royaume-Uni disait «bye bye» à Bruxelles et aux 27 autres nations composant l’UE. Un tel événement suscite bien évidemment beaucoup de réactions. Et parfois, l’euphorie, un humour bancal ou des problèmes de géographie peuvent être à l’origine de belles boulettes. RT France a choisi pour vous les cinq plus beaux spécimens.

Plus de vidéos sur le site Instagram de RT France

Donald Trump et le triomphe un peu trop… euphorique !

Arrivé en Écosse le 24 juin pour visiter un complexe immobilier et un golf lui appartenant, le milliardaire s’est fendu d’un tweet remarqué : «Je viens d’arriver en Ecosse, l’endroit est en folie après le vote. Ils ont repris leur pays de la même manière que nous reprendrons l’Amérique ! Pas d’hésitation !» Seul problème, le magnat de l’immobilier avait oublié que le pays en question venait de voter massivement en faveur du maintien (62%). Ce que n’a pas manqué de lui rappeler la chanteuse Lilly Allen, en n'hésitant pas à le traiter d’«abruti».

Nigel Farage et le second degré douteux

Le leader du parti souverainiste Ukip et fer de lance de la campagne en faveur du Brexit n’a pas eu le triomphe modeste. Il s’est même un peu emballé rappelant que son camp avait gagné «sans tirer le moindre coup de feu». Une déclaration maladroite qui a fait beaucoup réagir. Le plus souvent de manière négative.

Kerry et ses explications… surprenantes !

Le chef de la diplomatie américaine a déclaré le 29 juin que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne pourrait ne jamais avoir lieu. En plus d’expliquer qu’il existait «des moyens» pour renverser la décision des votants, il s’est livré à un éclaircissement plutôt étrange. Pour lui, David Cameron «se sent incapable [...] de commencer à négocier une chose en laquelle il ne croit pas et dont il n'a aucune idée de comment s'y prendre».

Giorgia Meloni et ses problèmes de géographie

La leader de Fratelli d’Italia s’est emmêlée les pieds dans le tapis géographique sur le plateau de l’émission Huit et demi. Répondant aux questions du journaliste Beppe Severgnini sur le Brexit, elle a lancé pleine d’assurance : «Bien sûr, je suis allé en Angleterre, à Dublin». Non, ça c’est en Irlande.

Nolito et la danse

Le footballeur membre de la sélection espagnole qui disputait l’Euro 2016 de football était interrogé sur son sentiment quant au Brexit par un journaliste de la radio Cadena Cope. Visiblement peu au fait de l’actualité internationale, il s’est contenté de lancer un désormais légendaire : «Le Brexit ? Je crois que c’est une danse mais peut-être que je me trompe. Une danse qu’ils font en NBA.» Plus rien à ajouter.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales