Brexit : Hollande durcit le ton, Londres doit payer le prix pour rester dans le marché unique

François Hollande à Bruxelles © Pascal Rossignol Source: Reuters
François Hollande à Bruxelles

Le président français pose des conditions pour le Royaume-Uni, si ce dernier veut conserver son accès au marché unique européen. Lors du sommet des dirigeants de l’UE à Bruxelles, il a fait des déclarations assez fermes.

«Si le Royaume-Uni veut rester dans le marché unique, il faudra qu'il en paie le prix, dans tous les sens du terme, y compris avec la liberté de circulation», a mis en garde Londres François Hollande lors du sommet de l'Union européenne à Bruxelles, après un dîner consacré au Brexit.

Le président français a rappelé que, pour avoir accès au marché intérieur, il faut respecter les quatre libertés de circulation - des biens, des capitaux, des services et des personnes. Pour Londres, il ne sera pas possible d’accéder au marché sans respecter cette règle. «S'ils refusent la liberté de circulation, ils n'auront plus accès au marché intérieur et la City qui, grâce à la présence du Royaume-Uni dans l'Union européenne, pouvait faire des opérations de compensation en euro, alors même que le Royaume-Uni n'est pas membre de la zone euro, ne pourra plus les faire», a expliqué François Hollande. 

Le Royaume-Uni peut quand même avoir accès au marché intérieur européen, si le pays contribue au budget de l’UE, comme le fait, par exemple, la Norvège, a nuancé le président français.

Lire aussi : Brexit : les dirigeants européens reçoivent la facture de leur mesquinerie et de leur incompétence

François Hollande a prédit aussi d’éventuelles conséquences économiques du Brexit pour Londres. «Le risque est que le Royaume-Uni puisse connaître un affaiblissement très sérieux de sa croissance en 2017 et que cette faible croissance au Royaume-Uni puisse avoir des impacts sur les échanges et l'activité en Europe», a-t-il averti.

Le président a fait de telles déclarations alors que la situation est déjà tendue. Quelques jours après le référendum sur la sortie de l’UE, le Brexit a déjà fait sentir son impact sur l’économie britannique. Les indices des marchés boursiers chutent ainsi chaque jour. La livre sterling est en train de perdre de sa valeur par rapport au dollar. Les agences de notation ont pour leur part réagi immédiatement aux résultats du référendum. Le 27 juin, Standard & Poor's et Fitch ont baissé la note de la dette britannique qui passe de AAA à AA. Les agences ont expliqué cette mesure par «l’incertitude» liée au Brexit et le «ralentissement brutal» de la croissance britannique.

Lire aussi : Marchés britanniques : perte record de 2,8 milliards d’euros depuis le vote sur le Brexit

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales