Brexit : l’Union européenne montrera-t-elle «au grand jour la nature tyrannique de son pouvoir» ?

© Philippe Wojazer Source: Reuters

Le 23 juin, «déjouant tous les pronostics», 51,9% des Britanniques ont voté pour «larguer les amarres de l’UE et reprendre leur indépendance parmi les nations du monde», écrit Marine Le Pen dans une tribune publiée le 28 juin par le New York Times.

«L’Union européenne est devenue la prison des peuples» et les Britanniques ont eu le courage de s’en échapper, déclare la présidente du Front national en dénonçant «la tyrannie de l’Union européenne» envers les peuples qui la composent.

Selon Marine Le Pen, «chacune des 28 nations qui la composent s’est vu progressivement privée de des prérogatives démocratiques par des commissions et des conseils sans aucune représentation populaire. Chaque pays doit appliquer des lois qu’il n’a pas voulues». Ainsi, l’Union européenne est «une cage», «mise en valeur par toute la propagande du monde» qui n’est «démocratique qu’en apparence», dénonce Marine Le Pen. «Faire croire qu’il existe un peuple européen homogène, et qu’un député polonais aurait la légitimité de voter une loi pour le peuple espagnol» est «un mensonge».

Faisant notamment référence au référendum organisé en 2005 par la France et les Pays-Bas et celui de 2008 en Irlande sur le projet de Constitution européenne, Marine Le Pen remarque que «le Brexit ne fut pas le premier cri de révolte des peuples européens». Elle ajoute que «quand la Grèce décida par référendum en 2015 de refuser le plan d’austérité de Bruxelles, la réaction antidémocratique de l’Union européenne n’étonna plus personne». A cet égard, Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, avait ainsi déclaré : «Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens.»

«Les Britanniques ont mis l’Union européenne devant un dilemme»

Marine Le Pen explique que le Brexit est «la première victoire des peuples» ayant mis l’UE «devant un dilemme dont elle va avoir du mal à sortir».

D’un côté, soit l’Union «décide de laisser tranquillement le Royaume-Uni prendre le large, et alors elle court le risque de créer un précédent : la réussite politique et économique d’un pays sorti de l’Union européenne serait une preuve manifeste de son caractère néfaste».

De l’autre, soit «elle décide de faire payer le peuple britannique par tous les moyens, et alors elle montre au grand jour la nature tyrannique de son pouvoir». Ainsi, devant un tel dilemme, pour Marine Le Pen, «le printemps des peuples [européens] est maintenant inévitable !» et s’interroge : «Voulons-nous laisser un pouvoir non démocratique régenter nos vies ou préférons-nous reprendre notre destin en main ?»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales