Après six mois de déni de culpabilité, Ankara prête à indemniser le bombardier russe abattu

Source: Reuters

Le Premier ministre turc Binali Yıldırım a déclaré que son pays était prêt à indemniser le bombardier russe SU-24 abattu par la Turquie le 24 novembre 2015. L’un des deux pilotes était mort dans l’incident.

Malgré les promesses de son prédécesseur, Ahmet Davutoglu, qui avait martelé plusieurs fois qu'«aucun premier ministre turc, aucun président, aucune autorité ne s'excusera[it]» pour le sort de l'avion russe, le chef du gouvernement actuel Binali Yıldırım a annoncé que la Turquie était prête à indemniser le bombardier russe SU-24 abattu près de la frontière turco-syrienne lors de l’opération antiterroriste russe en Syrie en novembre 2015. Cette déclaration intervient juste après la présentation d’excuses à la Russie par le président Recep Tayyip Erdogan dans une lettre adressée à son homologue russe le 27 juin.

«Le dirigeant turc a exprimé sa sympathie et ses sincères condoléances à la famille du pilote russe tué et espère que celle-ci pardonnera les Turcs. Le chef de l’Etat turc a fait part de ses profonds regrets au sujet de cet incident, car la Turquie n'avait jamais eu la volonté ni l'intention délibérée d'abattre un avion appartenant à la Russie», a fait savoir le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Un responsable turc a également déclaré que la justice de son pays avait engagé des poursuites judiciaires à l'encontre de l'individu suspecté d'avoir tué le pilote russe.

Dans sa lettre à Vladimir Poutine, le président turc a souligné la volonté de la Turquie de «restaurer les relations traditionnellement amicales» qu'elle entretenait avec la Russie - alors que celles-ci sont au plus bas depuis plus de six mois - et de «combattre [ensemble] le terrorisme».

Lire aussi : Poutine : le crash de l’avion russe est un coup dans le dos

Des premières signes d’une possible restauration des relations avec Moscou  avaient été visibles déjà en mai, alors que Recep Tayipp Erdogan avait déclaré vouloir «normaliser les relations avec la Russie»... mais ne pas comprendre comment le président Poutine avait pu «sacrifier les très bonnes relations entre les deux pays à cause de l’erreur du pilote». Et ce malgré de nombreuses déclarations du Kremlin en faveur de meilleures relations.

Le 12 juin, Ankara a envoyé ses félicitations à Vladimir Poutine et à Dimitri Medvedev, à l'occasion de la Fête de la souveraineté de la Fédération russe. De son côté, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a reçu une invitation de Moscou à participer à la réunion de la coopération économique en mer Noire, prévue pour se dérouler le 1er juillet à Sotchi. Une invitation que Mevlut Cavusoglu a acceptée.

Lire aussi : Erdogan veut améliorer ses relations avec la Russie, mais ne sait pas comment

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales