Erdogan : l’UE ne veut pas de la Turquie parce que «la majorité de sa population est musulmane»

Source: Reuters

Le président turc a déclaré que l’Europe ne voulait pas de la Turquie dans l’UE parce que la majorité de la population est musulmane, et a ajouté que son gouvernement demanderait à l’opinion si les négociations avec Bruxelles doivent se poursuivre.

«Europe ! Vous ne voulez pas de nous parce que la majorité de notre population est musulmane. Nous le savions, mais nous avons essayé de nous montrer sincères», a déclaré le président turc à une cérémonie de remise de diplômes à Istanbul, mercredi 22 juin, rapporte l’agence Reuters.

Recep Tayyip Erdogan a prononcé son discours à la veille du vote historique sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne (UE), en soulignant que la Turquie pouvait également tenir un référendum sur l’Europe.

«Nous allons interroger l’opinion publique pour savoir si oui ou non nous devons continuer les négociations avec l’UE», a déclaré le président turc.

Ses commentaires font suite aux déclarations de dirigeants et militants populistes européens et pro-Brexit qui ont mis en garde contre une islamisation de l’Europe et de ses conséquences si la Turquie venait à rejoindre l’Union.

Des négociations cahotiques entre la Turquie et l’EU

Les discussions sur une éventuelle adhésion de la Turquie à l’UE remontent à 1963, quand Ankara et Bruxelles ont rédigé un accord d’association stipulant que le pays aurait pour objectif de devenir un membre de l’Union. Après avoir officiellement déposé sa candidature en 1987, la Turquie a entamé des pourparlers d’adhésion seulement en 2005, mais a fait peu de progrès jusqu’à ce jour pour répondre aux critères nécessaires exigés par Bruxelles.

Un nouveau round de négociations se tiendra le 30 juin 2016, où les dirigeants turcs et européens discuteront des «dispositions financières et budgétaires» que la Turquie doit remplir pour devenir membre.

Pendant ce temps, Ankara et Bruxelles continuent de négocier un accord qui accorderait aux citoyens turcs le droit de voyager dans l’espace Schengen sans visa. Or, la Commission européenne a récemment estimé que la Turquie ne respectait toujours pas tous les critères nécessaires pour obtenir l'exemption de visas.

Parmi les critères restant à remplir (sept sur 72), une modification de la législation antiterroriste turque, jugée pour l'instant trop souple et menaçant la liberté d'expression. Hors de question pour le président turc, qui a déclaré : «Vous avez vos moyens, nous avons les nôtres.»

Par ailleurs, Recep Tayyip Erdogan a à plusieurs reprises menacé de ne pas respecter ses engagements dans le cadre de l’accord conclu avec Bruxelles sur la crise migratoire et de laisser des milliers de migrants inonder l’Europe si l'UE n’applique pas les dispositions de l’accord relatives aux visas pour les citoyens turcs. Selon le texte de l’accord, la Turquie doit reprendre les réfugiés cherchant l’asile en Europe en échange de plusieurs milliards d’euros d’aide et de concessions politiques.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales