L'ONU annonce le chiffre record de 65,3 millions de déplacés dans le monde

L'ONU annonce le chiffre record de 65,3 millions de déplacés dans le monde Source: Reuters
Un camp de réfugiés au sud de Falloujah

Un nouveau record a été battu dans le monde en 2015 : 65,3 millions de personnes ont dû quitter leur foyer ou leur pays, fuyant guerres et persécutions, annonce l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR)

Année après année, depuis 2011, date du début du conflit en Syrie, ce chiffre n'a cessé d'augmenter, selon le dernier rapport statistique annuel publié lundi 20 juin par le HCR, alors qu'il avait été relativement stable entre 1996 et 2011. Par rapport aux statistiques de 2014, la hausse est de 9,7%.

Ces 65,3 millions de personnes représentent plus que la population du Royaume-Uni. «Nous vivons dans un monde inégal […] que des gens cherchent à aller vers un monde plus sûr est inévitable», a commenté Filippo Grandi, haut-commissaire aux Réfugiés, lors de la présentation de ce rapport à Genève, à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés.

Les «déplacés internes» représentent 40,8 millions

De son côté, Jan Egeland, secrétaire général de l'ONG norvégienne NRC (Conseil norvégien pour les réfugiés, qui a contribué à la rédaction de ce rapport), a estimé que les réfugiés étaient victimes «d'une paralysie générale» de la part des gouvernements dans le monde, qui «renoncent à prendre leurs responsabilités».

Selon Filippo Grandi, les pays où les populations sont poussées sur le chemin de l’exil sont les mêmes d’une année sur l’autre et la Syrie est en première position. L'année 2015 a cependant vu l'émergence de nouvelles situations d'urgence, au «Burundi, au Soudan du Sud et en Afghanistan».

Parmi les 65,3 millions de déplacés dans le monde, 21,3 millions sont des réfugiés ayant quitté leur pays et 40,8 millions, chiffre record, sont des «déplacés interieurs» qui ont quitté leur foyer sans quitter le pays. Les 3,2 millions restants sont des demandeurs d'asile dans les pays industrialisés.

Lire aussi : Suède : la directrice d'un centre d’accueil aurait obligé des réfugiés à lui faire l'amour

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»