Le Pentagone justifie de nouveau l’augmentation du budget militaire par «l’agression» russe

Le Pentagone justifie de nouveau l’augmentation du budget militaire par «l’agression» russe Source: Reuters

Selon la Défense américaine, la Russie aurait pu maîtriser les forces de l’OTAN en mer baltique en 60 heures, et l’augmentation du budget prévu pour 2017 devrait permettre de faire face à cette «menace».

«Les capitales des pays baltes sont vulnérables si les Russes décident de s’en emparer. Mais à partir de 2017, la menace pourrait diminuer grâce aux dépenses approuvées par le ministère de la Défense des Etats-Unis», considère le secrétaire adjoint de la Défense américaine pour la Russie, l’Ukraine, l’Europe et l’Asie, Michael Carpenter.

En février, un rapport de la Rand Corporation, partialement financé par Washington, expliquait que l’OTAN «ne pourrait défendre ses membres les plus exposés».

«Si les tanks et les troupes russes débarquaient dans les pays baltes demain, les forces de l’OTAN, dépassées en armements et en équipements, seraient battues en moins de trois jours», pouvait-on lire dans ce rapport.

Lire aussi : La Pologne se dote d'unités de défense civile pour faire «face à la Russie»

D’après les déclarations du Pentagone, les Etats-Unis imaginent dépenser près de 3,4 milliards de dollars en 2016 (environ trois milliards d’euros), contre 790 millions en 2015 (709,7 millions d'euro) pour la sécurité en Europe.

En outre, le secrétaire générale de l’OTAN Jens Stoltenberg a annoncé le 31 mai que l'Alliance augmenterait considérablement ses dépenses en matière de défense sur le sol européen dans le contexte de «menaces de la part de la Russie» en 2017.

Sans donnant des chiffres concrets, Jens Stolteberg a précisé que le budget militaire augmenterait le plus dans les pays baltes : d'environ 60% en Lettonie, de 35% en Lituanie et de 9% en Estonie. Les dépenses militaires de la Pologne, principale force militaire de l'OTAN en Europe de l'Est, augmenteront aussi, mais de 9%.

Moscou rejette catégoriquement l'existence d'un projet d'agression russe contre l'alliance. Le 6 juin le ministre des Affaires étrangères russe a déclaré que le bloc atlantiste tombait dans l'hystérie anti-russe pour justifier l'augmentation des dépenses de défense en Europe.

«Je suis convaincu que tout homme politique sérieux et honnête est bien conscient que la Russie n'essaiera jamais d'envahir un pays membre de l'OTAN. Nous n'avons pas de tels projets», a affirmé Sergueï Lavrov en précisant qu'«il n'y a pas de menaces dans cette partie du monde, qui justifierait [que l'OTAN] se développe».

Pourtant, depuis plusieurs années, la Russie appelle l'OTAN à ne pas poursuivre son renforcement en Europe de l'Est, expliquant que de tels mouvements pouvaient déstabiliser la région sur le plan sécuritaire. Cet appel à la désescalade n'a jamais été entendu. L’OTAN, de son côté, ne cesse de mener des exercices militaires près des frontières russes. 

Lire aussi : Ivres, des soldats de l’OTAN ont dansé sur le toit d’un taxi en Lettonie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»