Les Canadiens paient pour les troubles érectiles des agents fédéraux de la GRC

© capture d'écran : Journal de Québec

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a déboursé pour plus de 1,7 million de dollars canadiens (1,2 million d'euros) en remboursements de pilules de Viagra et de Cialis pour palier les problèmes érectiles de ses membres.

En tout, c’est près de 300 000 dollars canadiens (208 000 euros) par an, remboursés aux agents de la GRC depuis 2010, pour des prescriptions de médicaments des marques Viagra et Cialis, qui traitent l’impuissance sexuelle. Au total, 254 000 «pilules bleues», ont ainsi été consommées par des agents de la GRC depuis cinq ans, aux frais des contribuables canadiens. La nouvelle leur a inspiré des jeux de mots sur les médias sociaux.

Un internaute a ainsi fait un calembour à partir du mot «bourse», pendant qu'un autre se moquait du nom de la police «montée» !

...et qu'enfin la mesure assurait peut être la fermeté des matraques !

Selon Paul Dupuis, président de l’Association des membres de la police montée du Québec, les policiers sont soumis à une pression constante : «Il y a une corrélation entre la santé mentale et la santé physique, forcément.»

«On a tous en tête le stéréotype du fier représentant de la loi et de l’ordre, mais les policiers sont avant tout des humains qui vivent leur lot de stress. Quand tu es confronté au danger et que tu vis une surcharge de travail, c’est très possible que cela ait un impact sur ta vie sexuelle», explique la sexologue Sylvie Lavallée.

La pilule dure à avaler

Autrefois associée aux hommes plus âgés, la prise de ces médicaments est maintenant répandue chez les jeunes, affirme le sexologue François Renaud. «Le stress peut avoir un impact sur la sexualité, c’est certain», explique le sexologue. La prise d’antidépresseurs a aussi un impact sur la libido, selon le pharmacien Benoît Morin : «La prise d’autres médicaments peut nuire aux capacités érectiles.»

Par courriel, la GRC a expliqué qu’elle remboursait à ses membres le coût des médicaments «essentiels au maintien de la vie» qui sont inscrits sur le formulaire des médicaments de la GRC.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales