En cas de non Brexit, les femmes britanniques risquent «des attaques sexuelles de masse»

En cas de non Brexit, les femmes britanniques risquent «des attaques sexuelles de masse»© Neil Hall Source: Reuters

Le chef du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), Nigel Farage, a averti que les femmes britanniques risquaient de subir «des attaques sexuelles» par des migrants, si le Royaume-Uni choisit de rester dans l’Union européenne.

Nicolas Farage a déclaré au Telegraph que «les différences culturelles» qui opposeront les réfugiés et les Britanniques exposeront les femmes aux mêmes risques auxquels ont dû faire face les habitantes de Cologne, en Allemagne, lors du réveillon du Jour de l’an.

Nicolas Farage a également expliqué que «les crimes liés aux migrants» ont augmenté et que «41% des crimes l’année dernière ont été commis par des personnes n’ayant pas de passeport britannique». Alors qu’Europol a averti que 5 000 extrémistes pouvaient être de retour en Europe après avoir été formé dans des camps de Daesh, aucun des terroristes impliqués dans les attaques qui ont ébranlé l’Europe ont été identifiés comme étant des réfugiés syriens.

Le chef du l’UKIP, connu outre-Manche pour ses déclarations controversées sur les résidents étrangers au Royaume-Uni, a par ailleurs fustigé l’échec du contrôle migratoire en Europe, soulignant que les premières victimes des flux de migrants de l’Afrique du Nord vers l’Union européenne seraient les femmes, rapporte le journal britannique Sunday Telegraph.

Nigel Farage a également vivement critiqué, David Cameron, en qualifiant le Premier ministre britannique de «Dave malhonnête» et en l’accusant de mentir pour plus de popularité et de retenir la Grande-Bretagne au sein de l’Union européenne.

Le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni ainsi que l’extrême droite britannique ont à plusieurs reprises été pointés du doigt pour utiliser la crise migratoire afin de semer la peur parmi la population et de booster la  campagne du Brexit, dont le référendum est prévu pour le 23 juin.

Lire aussi : La part des Britanniques voulant sortir de l’UE l'emporte pour la première fois dans un sondage

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»