Escalade de la violence en Libye : un attentat-suicide revendiqué par Daesh tue deux soldats à Syrte

Source: Reuters

Deux soldats du gouvernement d’union nationale ont été tués et 12 autres blessés dans un attentat-suicide revendiqué par l’Etat islamique, jeudi 2 juin, près de la ville de Syrte, en Libye, a rapporté le service de presse de la garde présidentielle.

L’attaque s’est produite alors que les soldats entraient dans la ville de Syrte appuyés par de l’artillerie lourde et de l'aviation, a confirmé le gouvernement libyen. Les soldats blessés ont été transportés à l’hôpital le plus proche.

Mercredi 1er juin, les terroristes de Daesh avaient piégé quatre voitures, dont deux ont explosé, causant la mort de dix soldats libyens et en blessant 40 autres.

La lutte contre le groupe Etat islamique en Libye a déjà fait plus de 200 morts et 300 blessés dans les rangs des deux camps depuis le début du mois de mai.

Le gouvernement d’union nationale libyen, soutenu par l’ONU, a mis en place une unité de garde présidentielle afin de combattre les terroristes affiliés à l’Etat islamique dans la ville de Syrte, située à environ 450 km à l’est de la capitale de la Libye, Tripoli.

Le service de presse de la garde présidentielle a récemment confirmé que la centrale électrique à l’ouest de Syrtre avait été reprise aux mains des terroristes par les forces du gouvernement d’union nationale.

La violence en Libye n’a cessé de s’accroître depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, soutenu par les pays membres de l'OTAN.

Lire aussi : Le nombre des terroristes de Daesh en Libye aurait doublé en un an

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales