Les données de centaines de présumés terroristes supprimées par la police britannique… par erreur

Source: Sputnik

Il s’est avéré que les empreintes digitales et les profils ADN d’environ 800 terroristes présumés ont été détruits par erreur suite à un enchainement de maladresses regrettables, ont rapporté les médias britanniques le vendredi 27 mai.

La destruction de ces fichiers conservés sur les bases de données des services antiterroristes du gouvernement britannique a eu lieu puisque les formalités nécessaires n’ont pas été remplies en temps et en heure, qui auraient normalement permis aux données biométriques d’être stockées indéfiniment, a déploré un organisme de surveillance.

Cette erreur, qui induit que des preuves médico-légales concernant de potentiels dangereux individus sont définitivement perdues, arrive au moment où le Royaume-Uni est en état d’alerte élevé après les attaques distinctes de Daesh à Paris, avec 130 victimes et à Bruxelles, avec 32 morts.

Dans un rapport, le commissaire Alastair McGregor, responsable de la conservation de ces données biométriques, a réalisé que les empreintes digitales et les profils d’ADN de 810 suspects, dont «la grande majorité» ont été prélevés dans le cadre de la lutte antiterroriste, ont été détruits.

La proportion de données détruites est presque deux fois plus importante que lors de la vérification précédente effectuée par Alastair McGregor en octobre dernier. Les échantillons et les empreintes appartiennent à des suspects qui ont été arrêtés par la police mais qui n’ont pas été reconnus coupables.

Lire aussi : Assange à RT : «L'enjeu de la vie privée est perdu, la surveillance de masse est là pour de bon»

La loi prévoit la destruction ou l’effacement des informations concernant des personnes soupçonnées mais non inculpées dans les six mois, à moins que la direction des services du renseignement ou de la police n’estime que ces personnes représentent un danger important pour la sécurité nationale.

Dans ce cas, un processus administratif est engagé pour sauvegarder ces données pour une durée illimitée. Or les services ont pris du retard dans le traitement de ces dossiers et comme le délai de six mois a été dépassé, les données ont donc été détruites.

Ainsi, pour justifier la destruction de ces données d’importance, Alastair McGregor a invoqué des «retards répétés» dans le transfert des échantillons ADN par la police et «des délais importants» quant à la fourniture de l’évaluation des suspects par le Security Service.

L’ADN et les empreintes jouent un rôle primordial dans les enquêtes terroristes, en établissant les déplacements des suspects et aidant la police à relier les individus avec des fusils, explosifs, véhicules… manipulés par leurs soins.

Le coordinateur national de l’antiterrorisme Alan Barr a confirmé la perte de ces données expliquant que c’est le résultat malheureux de différents facteurs. «Nous avons travaillé avec le service biométrie pour développer un plan complet visant à régler les problèmes actuels et pour s’assurer que cela n’arrivera plus jamais», a-t-il promis.

Dans le but d’apaiser les inquiétudes, il a tenu à préciser : «L’identité de ces individus est connue et nous sommes en train d’évaluer les risques afin de minimiser la menace qu’ils pourraient, à long terme, représenter pour le public.»

Critiques au sein du Parlement

Les députés ont beaucoup critiqué cette mauvaise manipulation. Le travailliste Keith Vaz qui préside la Commission des lois à la Chambre des Communes britannique, a estimé que cette affaire ne contribue que peu à gagner la «confiance de la population».

«Ont été perdus des centaines de profils ADN susceptibles de lier des suspects à des activités criminelles, qui dans un grand nombre de cas peuvent être liées au terrorisme», a-t-il souligné, insistant sur la tenue d’une enquête urgente visant à aller aux racines du problème, tout en appelant le ministère de l’Intérieur à empêcher que ne se reproduisent de tels incidents.

Tim Loughton, membre du Parti conservateur britannique, s’est montré particulièrement critique : «Il est assez épouvantable que lorsque nous avons un des gens potentiellement dangereux en ligne de mire, la police échoue sur une erreur technique à conserver leurs renseignements afin qu’ils puissent être correctement surveillés».

Pour le docteur John Bahadur Lamb, chargé de cours en criminologie et études sécuritaires à l’UCE Birmingham, «Une telle bévue est une erreur flagrante et mènera inévitablement à une révision globale des processus existants».

«La destruction de ces profils affaiblit considérablement la sécurité britannique, car privant la police de pouvoir croiser rapidement des indices avec des individus connus», a-t-il conclu, toujours cité par The Telegraph.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales