«Russophobie inconsciente» : Euronews justifie la publication d’un faux tweet de Sergueï Lavrov

Source: AFP

La diffusion d’un faux tweet du ministre russe des Affaires étrangères sur le site d’Euronews est un manque de professionnalisme, mais résulte d’une négligence, selon le vice-président du conseil de surveillance de la chaîne, Petr Fedorov.

Le site en anglais de la chaîne télévisée d’information Euronews a publié un tweet attribué à Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères. Le problème, c’est que ce dernier n’en a pas. L’incident a créé la polémique.

Petr Fedorov, vice-président du conseil de surveillance de la chaîne, a été contraint de reconnaître qu’il s’agissait d’un acte de «russophobie inconsciente particulière à une partie de la communauté de journalistes qui écrivent en anglais». Il en a profité pour ajouter que «tous ceux qui travaillent pour Euronews sont soumis à une forte pression venue des grands médias internationaux et prennent part, bon gré, mal gré, à la guerre de l’information contre la Russie».

Le 18 mai, le site d’Euronews avait publié un article sur l’adoption par la région italienne de Vénétie d’une résolution demandant la reconnaissance du rattachement de la Crimée à la Russie et une levée des sanctions contre Moscou. En illustration, le site en langue anglaise de la chaîne avait accompagné le texte d’une capture d’écran d’un compte de Twitter supposé être celui du chef de la diplomatie russe. Sachant que le ministre russe n’a pas de compte sur ce réseau social, la chaîne s’est retrouvée dans une situation délicate mais ce n’est que dans la soirée du 23 mai que la capture d’écran a été supprimée dans le corps de l’article.

Petr Fedorov a toutefois tenu à expliquer la façon dont l’erreur était survenue, avec des arguments qui lui appartiennent. Il a justifié la bourde par le fait que son auteur était «si âgée qu’elle n’est pas habituée à ce qu’on puisse trouver de fausses informations sur internet». De plus, la rédactrice travaillait de nuit et «il n’y a eu aucune malveillance de sa part», a-t-il poursuivi. Selon lui, la question de son licenciement n’a pas été soulevée.

Cependant, le compte Twitter auquel Euronews s’est référé peut être facilement détecté comme faux. Le compte s’intitule @SovietSergey et porte l’inscription «Ce n’est pas le ministre russe des Affaires étrangères». De plus, un survol rapide permet de voir que ses tweets sont la plupart du temps ridicules et pas sérieux.

© Capture d'écran de Twitter

«Un coup contre Euronews discréditant le travail de ce média»

Cet incident a attiré l’attention de la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui a émis l’hypothèse que la chaîne avait pour but de promouvoir ce faux compte Twitter, accusant le site de la chaîne de procéder à une désinformation.

«Si auparavant j’avais pu penser que la politique de la rédaction anglophone de la chaîne de télévision était hostile à la Russie, maintenant il n’y a pas de doutes que c’est un coup contre Euronews, de l’intérieur, discréditant le travail de ce média», a-t-elle conclu.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales