EN CONTINU : l’Egypte déploie un sous-marin pour la recherche des débris du MS804 en eaux profondes

- Avec AFP

© Reuters Source: Reuters

Le vol d’EgyptAir MS804 Paris-Le Caire, transportant au moins 56 passagers et 10 membres d’équipage, a disparu des radars après être parti mercredi soir de la capitale française, a annoncé la compagnie aérienne dans un communiqué.

  • Les autorités égyptiennes médico-légales ont déclaré que les restes humains prouveraient qu’une bombe a bien explosé à bord de l’avion.

  • Les autorités égyptiennes ont démenti les informations selon lesquelles l’avion du vol MS804 avait effectué un virage de 90 degrés à gauche puis de 360 degrés à droite en tombant de 37 000 à 15 000 pieds avant de disparaître des radars. Cette version des évènements avait été avancée par le ministre grec de la Défense, Panos Kammenos. Le chef égyptien des services de navigations aériennes d’Etat Ehab Azmy a précisé que l’avion volait à l’attitude normale de 11 270 mètres pendant plusieurs minutes avant sa disparition.

    Source: Reuters

  • Quatre jours après le crash toujours inexpliqué du vol Paris-Le Caire d'EgyptAir, les recherches se poursuivent en Méditerranée pour localiser les enregistreurs de vol qui aideront peut-être à trancher entre l'accident et l'attentat.

  • L’Egypte a mobilisé un sous-marin appartenant au ministère du pétrole, pour la recherche des débris de l’avion d’EgyptAir qui s’est abimé en mer Méditerranée, a annoncé le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi dimanche 22 mai lors de son discours.

    D’après lui, ce sous-marin est capable d'enquêter jusqu'à 3 000 mètres de profondeur. Elle s’occupera de la recherche des boîtes noires.

  • Selon le New York Times, qui a fait référence au personnel des services égyptiens de sécurité, une inscription «nous abattrons cet avion» a été grattée sur le fuselage de l’avion d’EgyptAir qui a disparu en Méditerranée.

    Ces paroles en langue arabe sont apparues, selon la source, il y a deux ans. Supposément ce sont des employés de l’aéroport du Caire qui sont partisans du groupe extrémiste des Frères musulmans, qui les ont écrites. Depuis, l’écriture n’a pas été effacée.

  • «Toutes les hypothèses sont possibles» et aucune n'est privilégiée pour expliquer le crash jeudi du vol d'EgyptAir Paris-Le Caire, a déclaré dimanche le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi dans un discours télévisé.

    Le ministre de l'Aviation civile avait privilégié la thèse de l'attentat le jour même de la catastrophe mais, depuis, l'absence de revendications et l'émission d'alertes signalant de la fumée à bord et une défaillance du système de commandes de vol ont un peu renforcé celle de l'incident technique.

  • La CNN arabe a diffusé samedi 21 mai l’enregistrement de conversation du pilote du vol MS804 avec les contrôleurs aériens de Zurich lorsque l’avion passait à travers l’espace aérien suisse.

    On y entend le pilote parler en anglais de manière calme. «Salut, c’est EgyptAir, la hauteur s’élève à 370, code du transpondeur 7624». Après quoi le contrôleur suisse a confirmé avoir repéré l’avion sur l’affichage radar.

    Ensuite le pilote a informé son interlocuteur qu’il dirigeait l’avion vers la zone de responsabilité des services italiens à Padoue, ajoutant «bonne nuit».

  • L’armée égyptienne a publié sur Facebook les premières images des débris de l’avion EgyptAir ainsi que des effets personnels de passagers, retrouvés dans le sud de la mer Méditerranée.

    Le panneau bleu de l’avion avec l’inscription EgyptAir figure parmi les photos, ainsi que des gilets de sauvetage jaune.

  • Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) a confirmé que l'A320 d'EgyptAir qui s'est abîmé en Méditerranée jeudi 19 mai a transmis des messages automatiques «Acars» indiquant qu'il y a eu de la fumée en cabine, mais estimé qu'il était trop tôt pour interpréter ces éléments.

    «Il est beaucoup trop tôt pour interpréter et comprendre les causes de l'accident tant que nous n'avons retrouvé ni l'épave, ni les enregistreurs. La priorité de l'enquête est de retrouver épave et enregistreurs de vols», a expliqué un porte-parole à l'AFP.

    Les messages Acars sont des données générées et transmises automatiquement par l'appareil durant le vol. Ces messages sont transmis automatiquement par l'appareil et destinés à la maintenance.

Le vol MS804 a quitté mercredi l’aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle à 23h09 et devait arriver vers 3 heures du matin jeudi. D’ordinaire, un vol direct prend environ quatre heures. Il se trouvait à 37 000 pieds d'altitude quand il a disparu des écrans radars, entre 48 et 64 km au nord de la côte égyptienne.

Le vice-président d'EgyptAir Ahmed Adel a assuré dans une interview à la chaîne américaine CNN qu’il y avait 56 passagers, dont un petit garçon et deux bébés, trois officiers de sécurité, deux pilotes et 5 membres d’équipage, soit 66 personnes au total.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales