Etats-Unis : succès de la première transplantation de pénis

L’hôpital Massachusetts General © Facebook
L’hôpital Massachusetts General

L’hôpital Massachusetts General a procédé à une opération des plus délicates. Un homme a eu la chance exceptionnelle de pouvoir à nouveau se sentir un homme en devenant le deuxième individu de l’histoire à bénéficier d’une greffe de pénis.

Thomas Manning, 64 ans, est devenu le premier patient aux Etats-Unis à recevoir le pénis d’un de ces congénères. Souffrant d’un cancer, il avait dû être amputé de la partie la plus sensible de son intimité mais après 15 heures d’une opération chirurgicale délicate qui a réussi, comme disent les médecins, il a pu se faire greffer le pénis d’un donneur décédé.

«Je veux redevenir ce que j’étais», a-t-il confié au journal New Work Times en ajoutant qu’il se sentait bien et qu’il n’avait presque pas éprouvé de douleurs. Ce qui n’empêche pas les chirurgiens, pour qui ce traitement est encore expérimental, d’être prudemment optimistes. Le patient doit être capable d’uriner normalement en quelques semaines et de fonctionner sexuellement en quelques mois.

Un autre patient attend la même transplantation dans cet hôpital. Il a perdu son pénis, brûlé dans un accident de voiture mais il doit attendre la disparition d’un donneur compatible pour que les chirurgiens puissent procéder à l’opération.

Des chirurgiens de l’université de John Hopkins à Baltimore entendent, eux aussi, réaliser une transplantation de pénis sur un ancien combattant, gravement blessé en Afghanistan.

La première transplantation de pénis a eu lieu en 2014 à Cape Town, en Afrique du Sud, sur un patient de 21 ans qui avait perdu son organe lors de sa circoncision. Ce dernier a récupéré beaucoup plus rapidement que ne le pensaient les médecins et a même conçu un enfant l’année dernière.

Une opération similaire qui s’était déroulée en Chine en 2006. Les chirurgiens avaient greffé un nouveau pénis à un homme qui avait perdu le sien dans un accident. Ils avaient toutefois dû le lui enlever deux semaines plus tard car l’intéressé et sa compagne connaissaient un «grave problème psychologique».

 

 

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales