Un nombre croissant de Burundais part se réfugier au Rwanda à l’approche de la présidentielle

Une manifestation d’opposants au président Pierre Nkurunziza© Thomas Mukoya Source: Reuters
Une manifestation d’opposants au président Pierre Nkurunziza

Face aux tensions qui augmentent à l’approche des élections présidentielles au Burundi, plus de 5 000 Burundais se sont réfugiés au Rwanda en seulement deux jours, selon le Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR).

C’est le président sortant Pierre Nkurunziza qui a mis le feu aux poudres en annonçant qu’il allait briguer un troisième mandat lors de l’élections présidentielle prévue le 26 juin prochain.

Après le blocage des émissions de trois radios, les autorités ont fermé lundi la Radio Publique Africaine, la plus écoutée du pays. Un mandat d’arrêt a été délivré contre Vital Nshimirimana, l’un des organisateurs du mouvement d’opposition passé dans la clandestinité, tandis que Pierre Claver Mbonimpa, autre figure de la contestation, a été arrêté hier.

Les réactions internationales se multiplient pour appeler au calme. Paris a demandé à ce que les élections soient «transparentes et pacifiques dans le respect de la Constitution». Par la voix de Catherine Ray, porte-parole pour les Affaires étrangères, l’Union européenne «continue d’appeler à aborder la question des élections dans un esprit de réconciliation dans l’intérêt du pays et pour respecter les accords d’Arusha». Le département d’Etat américain a quant à lui déploré «une occasion historique manquée de renforcer la démocratie».

En savoir plus : le Burundi en proie à ses vieux démons

La controverse est liée à la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat de président. L’opposition estime qu’elle est inconstitutionnelle, le nombre de mandats présidentiels étant limité à deux par les accords d’Arusha, inclus dans la loi fondamentale burundaise.

Des émeutes à Bujumbura© Thomas Mukoya Source: Reuters
Des émeutes à Bujumbura

Mais les partisans du président sortant sont d’avis que son premier mandat, obtenu en 2005, ne peut être pris en compte dans le calcul car il avait alors été élu par le Parlement. Seule son élection au suffrage universel de 2010 devrait être comptabilisée.

En 2006, les accords de paix d’Arusha avaient permis de mettre fin à une guerre civile qui durait depuis 1993.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales