Les autorités turques ferment le journal Zaman deux mois après son acquisition par l’Etat

Source: Reuters

Deux mois après la nationalisation du quotidien Zaman, autrefois le plus important journal d’opposition turc, Ankara a décidé de le fermer purement et simplement, ainsi que plusieurs d’autres médias, rapporte CNN Turk.

Avant de passer sous le contrôle du gouvernement le 4 mars dernier, le quotidien Zaman faisait partie du Feza Media Group. L’ensemble de l’administration de ce groupe a été remplacé par un comité de trois membres nommés par le tribunal d’Etat. Après cette décision, les ventes du journal ont baissé de 99% en tout juste un mois.

Selon CNN, tous les médias appartenant à ce même groupe, y compris l’agence de presse Cihan, le populaire site de vidéos Küre.tv et le journal Zaman seront fermés à partir du 15 mai. Cette décision a été adoptée par la nouvelle administration de Feza Media Group.

Quelques jours après l’acquisition de Zaman, Cihan, la plus grande agence de presse privée de Turquie, a été placée sous tutelle judiciaire.

Le 30 avril, la rédaction de Zaman à Ankara avait été fermée, plus de 400 employés du journal et de l’agence Cihan licenciés sous le prétexte d’«abus de pouvoir» et de «préjudice causé à l'image de l'organisation».

Avant sa nationalisation, Zaman était le plus important journal d'opposition turc. Il a fait l'objet d'accusations émanant des autorités selon lesquelles il aurait entretenu des liens présumés avec le religieux musulman Fethullah Gülen, qui vit aux Etats-Unis et que le gouvernement accuse d'avoir tenté de renverser le régime.

Depuis plusieurs mois, les médias d'opposition turcs ainsi qu’étrangers font l'objet d'une répression sans précédent. A la mi-avril le site russe Sputnik Turquie a été bloqué après la décision finale du Tribunal turc compétent.

Lire aussi : Turquie : après Zaman, la plus importante agence de presse privée également placée sous tutelle

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales