La Tunisie favorable à une intervention militaire étrangère en Libye sous certaines conditions

Source: AFP

Le président de la République tunisien a réaffirmé la détermination de son pays à faire face au chaos sécuritaire libyen. Afin de détruire Daesh, Béji Caïd Essebsi ne s'oppose pas à une intervention militaire mais à condition qu'elle soit ciblée.

«Je soutiens les attaques dans la mesure où elles sont concentrées contre des cibles de l'Etat islamique et avec des dommages collatéraux limités», a expliqué Béji Caid Essebsi lors d'un entretien accordé au quotidien italien La Stampa. Sujet hautement sensible, l'intervention étrangère en Libye n'est désormais plus un sujet tabou.

Si l'Algérie est opposée à toute opération militaire et privilégie toujours la résolution de la problématique sécuritaire par un processus politique, la Tunisie semble adopter une position légèrement différente. Néanmoins, le président tunisien a averti, le 4 février dernier, lors d'une cérémonie de vœux au corps diplomatique en poste à Tunis, que son pays devait être consulté avant toute intervention étrangère en Libye. «Avant tout acte de ce genre, s'il vous plaît, consultez-nous, parce qu'il peut vous servir mais aussi nous porter atteinte», a t-il déclaré.

Rappelant que «les combattants de Daesh ne sont pas des musulmans et ne représentent pas l'Islam», le locataire du palais de Carthage a néanmoins insisté sur le fait que pour vaincre le terrorisme, il fallait inéluctablement combattre les facteurs qui permettent son émergence. «Pour repousser cette menace terroriste, il faut combattre l’analphabétisme, la marginalisation et le chômage», a-t-il expliqué. Il est indispensable de «créer des postes d’emploi au profit des jeunes Tunisiens pour éviter qu’ils ne soient attirés par les salaires mensuels de mille dollars proposés par Daesh».

En première ligne face au chaos libyen, la Tunisie a été secouée au cours de l'année 2015 et au début de l'année 2016 par une série d'attaques terroristes revendiquées par des combattants de Daesh qui provenaient pour la plupart de Libye. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales