La plupart des immigrés illégaux en Suisse travaillent chez des particuliers

Source: Reuters

Une étude menée pour le compte du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) suisse révèle que 76 000 immigrés clandestins vivent en Suisse. L’étude indique que les travailleurs illégaux sont majoritairement originaires d’Amérique centrale et du Sud.

Le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) de la Suisse a chargé le conseil Volkswirtschaftliche Beratung AG Basel, en coopération avec le Forum suisse pour l’étude des migrations et de la population et l’Université de Genève, de conduire une nouvelle étude sur la situation migratoire en Suisse.

L’étude a révélé qu’environ 76 000 immigrés clandestins, en provenance principalement d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, vivent et travaillent en Suisse. En 2005, leur nombre était estimé à 90 000. 

Environ 28 000 immigrés clandestins vivent à Zurich, 13 000 à Genève, 12 000 dans le canton de Vaud et seulement 600 vivent dans la partie italophone du canton de Ticino.

Selon l’étude, près de deux tiers des immigrés sont arrivés en Suisse avec des documents de voyage valables mais ne sont jamais repartis après leur expiration.

L’étude indique que la moitié des immigrés illégaux ne possèdent aucune formation supérieure. Deux tiers d’entre eux sont célibataires et n’ont pas de famille en Suisse. La plupart d'entre eux travaillent dans des ménages privés, ou dans les secteurs de la construction et de l’hôtellerie-restauration. Or, selon l'enquête, beaucoup connaitraient des conditions de travail des plus précaires.

L’étude a été menée dans le cadre de soixante entretiens menés avec des experts dans douze des vingt-six cantons du pays. Des données issues du système d’information central sur la migration (SYMIC) en Suisse ont en outre été exploitées.

Lire aussi : Suisse : pas de naturalisation pour les ados musulmans n'ayant pas serré la main de leur enseignante

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales