L’armée suisse se prépare au pire scénario possible sur les migrants

L'armée suisse s'attend au pire© Sébastien Bozon Source: AFP
L'armée suisse s'attend au pire

En raison du changement des routes migratoires, le gouvernement suisse a mis sur le pied de guerre 2 000 soldats aux frontières afin de pouvoir réagir rapidement à un afflux massif de réfugiés qui chercheraient à se réfugier dans le pays.

Les autorités fédérales ont déclaré avoir préparé trois scénarios potentiels allant de 10 000 arrivées par mois au pire scénario, qui est de 30 000 en quelques jours. Cette dernière probabilité «nécessiterait une intervention de l’armée», a prévenu le gouvernement.

Dans un communiqué diffusé le 20 avril, la Confédération helvétique suisse a expliqué avoir chargé le ministère de la Défense de préparer 2 000 soldats à cette éventualité.

Les plans, qui ont été acceptés le lendemain, visent à coordonner les réponses au niveau de l’Etat, des cantons et des communes.

Le gouvernement a précisé que, si aucune intervention militaire n’était nécessaire pour l'heure, il voulait cependant être en mesure de réagir au plus vite.

En raison du changement des routes migratoires, «la Suisse pourrait être confrontée dans les prochaines semaines ou mois à un afflux de personnes recherchant une protection», ont expliqué les autorités.

Si le nombre de demandeurs d’asile dans le pays a chuté depuis quelques mois, comme le révèlent les dernières statistiques, le Secrétariat d’Etat aux migrations a annoncé que la situation en Europe restait «volatile» et qu'il envisageant ainsi une remontée du nombre de demandes dans le cours de l’année 2016.

Lire aussi : Pour accueillir les réfugiés en sécurité, Zurich remplace les abris Ikea par des structures en bois

Selon les plans d’urgence, plus de 9 000 lits seraient rendus disponibles pour les migrants au cas où le pire des scénarios se matérialiserait.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales