Les morts civiles sous les frappes de drones ne comptent pas quand il s’agit de Pakistanais

Nabila Rehman tient son dessin représentant les frappes de drones sur son village au Pakistan Source: Reuters
Nabila Rehman tient son dessin représentant les frappes de drones sur son village au Pakistan

La mort de deux otages, un Américain et un Italien, tués par des drones au Pakistan dans une opération américaine, a attiré l’attention des médias. Cependant, personne ne se soucie des centaines de civils pakistanais qui ont subi le même sort.

La Maison Blanche a annoncé avoir tué récemment deux otages innocents qui avaient été capturés par Al-Qaïda en 2011 lors d’une opération antiterroriste lancée par les Etats-Unis sur un camp suspecté d’appartenir à Al-Qaïda.

Suite à cet incident, le président américain Obama a présenté ses excuses les plus sincères et assumé l’entière responsabilité de toutes les opérations antiterroristes.

«C'est avec une grande tristesse que nous avons récemment conclu que l’opération antiterroriste lancée par les Etats-Unis en janvier, avait tué deux otages innocents capturés par Al-Qaïda en 2011», déplore un communiqué du service de presse de la Maison-Blanche.

Il y a longtemps que le gouvernement américain défend les tirs des drones en disant que les dommages collatéraux sont minimaux. Mais d’après l’organisation britannique consacrée à la production d'articles d'investigation, Bureauof Investigative Journalism, jusqu’à 960 civils ont été tués rien qu’au Pakistan depuis 10 ans, dont 207 enfants.

Le docteur en analyses Mark Mason estime que la Maison Blanche ne se soucie pas de la vie des êtres humains au Pakistan, au Yémen ou en Somalie. «Chaque personne qui a été tuée, avec très peu d’exceptions, par le programme d’assassinat par les drones d’Obama est, par définition, un militant», a-t-il souligné.

Les erreurs américaines tuent des civils

Il y a deux ans, une famille pakistanaise s’est rendue à Washington pour attirer l’attention du Congrès américain sur l’horreur des drones qui tuent trop de civils. Une petite fille, Nabila Rehman, âgée de 9 ans, avait partagé son histoire avec les membres du Congrès et raconté la peur, les larmes et la mort qu’elle a dû affronter.

En octobre 2012, la petite fille a perdu sa grand-mère, qui a péri sous les bombes de drones alors qu'elle récoltait des légumes dans son jardin. Nabila a elle-même été blessée dans cette attaque.

«Quand le drone a tiré j’étais dehors avec ma grand-mère, et puis tout est devenu noir», a raconté la petite fille. «J’ai eu peur et j’ai commencé à courir, plus tard, j’ai remarqué que ma main saignait… j’ai essayé de bander ma main mais le sang n’arrêtait pas de couler», a-t-elle poursuivi.

Ce témoignage poignant, de même que la morts de ces 960 civils en dix ans, semblent avoir eu plus de mal à capter l’attention des médias que les deux otages disparus tragiquement.

Jusqu’à présent la Maison Blanche avait toujours démenti les affirmations de plusieurs ONG de défense des droits de l’homme qui qualifiaient ces attaques d’illégales et affirmaient que l’administration Obama ne respectait pas les règles qu’elle avait elle-même établies pour procéder à des attaques de drones.

En 2013, le porte-parole du président Obama James Carney avait affirmé que les drones ne tiraient que dans le cas où il existait la «quasi-certitude» qu’aucun civil ne serait tué. «Les opérations américaines sont précises, elles sont légales et efficaces. Avant d'entreprendre toute frappe antiterroriste hors des zones des combat, il doit y avoir une quasi-certitude, qu'il n'y aura pas de victimes civiles», avait-t-il expliqué.

Toutefois, l’ancien opérateur de drones de l’aviation américaine Brandon Bryant a contredit ces déclarations en affirmant que lui et ses collègues n’étaient souvent pas bien informés sur leurs cibles. «Nous avons tué des gens et nous ne savions pas qui ils étaient. Il n’y avait pas de surveillance et je sais seulement que l’ambition de tout le programme était bancale», a-t-il avoué dans une interview à RT.

Brandon Bryant a aussi évoqué la fois où une femme, dont le mari et le frère avaient été tués par des frappes de drones, lui avait demandé pourquoi ces personnes qu’elle aimait et qui n’étaient pas des «méchants» ont dû mourir. Et la seule chose que l’opérateur a pu lui répondre, c’est «désolé, les erreurs arrivent».

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales