«Imaginez Madrid sans gays» : une campagne de pub ambigüe déclenche la polémique en Espagne

© Compte Twitter @rubenlodi

La régie du métro de la capitale espagnole a provoqué l’indignation de ses usagers après avoir déployé des affiches disant «Imaginez Madrid sans gays». Seul problème, il s’agit d’une campagne publicitaire créée justement par la communauté LGBT.

De nombreux Madrilènes ont été choqués par des affiches apparues dans le métro de la ville. Les photos, représentant des rues vides de Madrid, sont accompagnées du slogan : «Imaginez Madrid sans gays…»

Alors que les gens sont persuadés qu’il s’agit d’une campagne à caractère homophobe, c’est en fait une association LGBT qui est à l’origine de cette campagne de communication, afin de promouvoir son festival qui aura lieu dans la capitale espagnole. En réalité, comme tentent de l’expliquer les organisateurs, le vrai message de l’affiche c’est plutôt : «Imaginez comme Madrid serait triste sans la population homosexuelle.»

Cependant, le public ciblé n’a pas du tout apprécié une telle accroche. «Je comprends que l’objectif essentiel est d’attirer l’attention, mais cela a été fait d’une manière si ambigüe qu’une personne homophobe peut y voir un message lui être adressé, pensant que la ville serait un endroit plus calme et sympa si tous les gays partaient, a expliqué au site The Local un internaute, critiquant autant la pub en elle-même que la régie du métro qui pas respecterait pas la diversité des passagers.

Alors que les responsables du transport public ont souligné qu’il s’agissait d’une campagne défendant la cause de la communauté LGBT, ce n’est pas la première fois que le métro de Madrid se trouve au cœur d’une polémique. Encore récemment, en février 2015, il avait été sévèrement critiqué pour une note interne demandant au personnel d’être vigilant face aux «homosexuels, musiciens et mendiants».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales