Quittée pour un policier, une Ukrainienne veut que la profession soit interdite aux gays

Quittée pour un policier, une Ukrainienne veut que la profession soit interdite aux gays Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

Après un banal scandale familial dans lequel est intervenu un policier gay, le mari d’une Ukrainienne a changé d’orientation sexuelle. Sa femme, elle totalement désorientée, lance une pétition pour interdire aux homosexuels d’entrer dans la police.

Le document a été publié le 26 mars sur le site des autorités de la ville d’Ivano-Frankovsk (l’ouest de l’Ukraine), dans la section droits de l’homme. A l’heure actuelle, il a reçu cinq signatures, alors qu’il a besoin d'en recueillir 245 en trois mois pour être examiné par les responsables locaux.

Quittée pour un policier, une Ukrainienne veut que la profession soit interdite aux gays© Capture d'écran, site petition.mvk.if.ua

«Je vous appelle à soutenir la pétition. Mon mari m’a quitté à cause d’un nouveau policier gay», écrit Oliona S., dont le nom complet n’est pas indiqué. «J’ai vécu deux semaines d’enfer en essayant de retourner mon mari, mais je n’ai obtenu qu’une amende pour avoir menacé ce policier gay», se lamente-t-elle.

L’auteur de la pétition prévient qu’il y a trois homosexuels, dont une femme, dans la police de la ville. «Soyez vigilant lorsque vous appelez la police suite à un scandale ordinaire, car vous risquez de rester sans mari. Je demande l’interdiction aux policiers gay [de travailler] dans notre ville», écrit-elle.

Cette pétition est apparue seulement deux jours après les déclarations du maire d’Ivano-Frankovsk, Rouslan Martsinkiv, selon lesquelles les homosexuels ne seraient pas de vrais patriotes. «Seuls les chrétiens, ceux qui croient en Dieu, pourraient être de vrais patriotes», a-t-il expliqué aux journalistes le 24 mars.

Par ailleurs, le 19 mars, des militants néo-nazis ont attaqué les participants du festival LGBT à Lviv. Alors qu'environ 200 militants d'extrême droite ont crié des insultes à l'adresse d'activistes LGBT et jeté des grenades fumigènes, des pétards, des pierres et de la peinture verte sur ceux-ci et les bus qui les transportaient, aucun assaillant n’a été arrêté par la police.

Lire aussi : Plus de mille policiers manifestent près de leur ministère à Kiev

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix