BHL appelle à la partition de l'Algérie en soutenant l'indépendance de la Kabylie

BHL appelle à la partition de l'Algérie en soutenant l'indépendance de la Kabylie Source: AFP

Après avoir appelé de ses vœux à l'avènement d'un printemps arabe en Algérie, Bernard Henri-Lévy a lancé dans sa revue, La règle du jeu, un appel à soutenir la manifestation organisée à Paris par le MAK (Mouvement d'autonomie de la Kabylie).

Sous le titre «Kabyles : un peuple sans reconnaissance en Algérie», le très controversé philosophe français a lancé un appel pour soutenir les organisateurs de la manifestation qui s'est tenue dimanche 17 avril à Paris en commémoration du 36e anniversaire du printemps berbère. Cet événement fait référence à la révolte identitaire qui avait secoué en 1980 la Kabylie, région montagneuse et frondeuse située à l'est d'Alger. 

«Des amis kabyles nous ont demandé de relayer l’appel du gouvernement provisoire kabyle à manifester à Paris ce dimanche 17 avril. Nous le faisons d’autant plus volontiers que les thèmes de la manifestation, tels qu’ils sont précisés dans le bref texte qu’ils nous ont adressé, nous paraissent légitimes», a-t-il précisé. En outre, il affirme qu'il compte «revenir sur le combat que mènent les Kabyles, ce peuple sans Etat comme le sont les Kurdes, contre ce qu’ils nomment le colonialisme algérien». Une initiative qui a suscité un tollé sur Twitter où ses détracteurs ont été nombreux à lui rappeler les désastreuses conséquences de son interventionnisme en Libye. 

Présidé par Ferhat Mehenni, le MAK est un mouvement politique non reconnu en Algérie exigeant l'instauration d'un Etat kabyle. Fondé en juin 2001 au milieu de la révolte de la population contre le pouvoir central d'Alger pendant le «printemps noir» de Kabylie, ce mouvement est loin de faire l'unanimité au sein même de la population de la région. Pour preuve, Hocine Aït Ahmed, héros de l'indépendance algérienne et originaire de Kabylie, a toujours reçu le soutien massif de la population pour la défense de ses idéaux et entre autres, la défense de l'unité de la nation algérienne. Décédé le 23 décembre dernier, les Algériens ont été des dizaines de milliers à lui rendre hommage dans son village natal d'Aït Yahia (Tizi-Ouzou), où il a été inhumé. 

Lire aussi : Libye : 5 ans après, qu’en disent les partisans de la guerre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»