Vidéo exclusive de RT : les opérations turques contre les Kurdes ciblent aussi les civils syriens

© Stringer Turkey Source: Reuters

RT s'est procurée une vidéo prouvant que les tirs d’Ankara contre des prétendues cibles terroristes dans les régions à forte majorité kurde à la frontière turco-syrienne atteignent également la population civile en Syrie.

Depuis juillet 2015, Ankara a repris ses opérations militaires contre les populations kurdes vivant dans les régions turques à la frontière avec la Syrie.

Lire aussi : Des vies brisées, des maisons détruites : retour sur l’opération d’Ankara contre les Kurdes

La Turquie a récemment interdit aux journalistes et aux organisations de défense des droits de l’Homme de couvrir ses opérations militaires contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans la ville de Nusaybin, située dans la province turque de Mardin à la frontière turco-syrienne.

Il n’est donc possible d’observer l’opération militaire turque dans cette région que depuis la ville syrienne de Qamichli, située au Nord-Est de la Syrie et seulement à 200 mètres des positions militaires turques.

L'équipe de RT a réussi à obtenir une séquence exclusive montrant le déroulement de l'opération militaire turque filmée par un correspondant sur place.

Des tirs effectués par l'armée turque à Nusaybin

Tout comme les civils, les journalistes qui se trouvent sur place sont sous la menace permanente de bombardements en provenance de la Turquie et qui se poursuivent sans interruption depuis le mois de mars.

Lorsqu'Ankara a lancé l’assaut contre la ville kurde de Nusaybin, au moins deux personnes en Syrie, dont un enfant, ont été tuées dans la ville de Qamichli, rapporte un correspondant de RT sur place. Selon les témoignages recueillis par l’équipe de RT auprès des habitants, plus de dix obus frappent en moyenne chaque jour cette ville syrienne, détruisant des habitations, des mosquées et d’autres infrastructures civiles.

Un commerçant a raconté aux journalistes de RT la scène douloureuse dont il a été témoin lorsqu’un obus a explosé devant un arrêt de bus où des personnes se tenaient. «Trois personnes étaient assises ici, et soudain nous avons entendu le sifflement d’un obus, suivi d’une explosion. Les civils ont été touchés. Le projectile venait de la Turquie, c'était l'obus d’un char».

En novembre 2015, le gouvernement turc a imposé un couvre-feu dans ville de Nusaybin, peuplée de 80 000 habitants à majorité kurde, dans laquelle Ankara conduit des opérations militaires contre le PKK.

De l’autre côté de la frontière, dans la ville syrienne de Qamichli, les communautés arabes et chrétiennes, qui représentent une forte minorité avec les Kurdes, ont été contraintes de fuir les zones les plus près de la frontière turco-syrienne en raison des bombardements quotidiens.

La campagne militaire de la Turquie contre le PKK a commencé en 2015, après qu’Ankara a mis fin à l’accord sur le cessez-le-feu et relancer un conflit sanguinaire, ayant déjà fait plus de 40 000 victimes.

En violation du droit international, la Turquie conduit également ses opérations contre le Parti syrien kurde de l’Union démocratique et contre les Unités syriennes de protection du peuple, lesquelles combattent l’Etat islamique.

L’opération militaire d’Ankara contre les Kurdes a été condamnée par l’Union européenne et des organisations de défense des droits de l’Homme. Le mois dernier, RT a lancé une pétition pour dénoncer les atrocités de l’armée turque contre les populations kurdes et presser les Nations Unies à enquêter sur les allégations de massacres de masses sur les populations kurdes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales