Les députés brésiliens ont voté la destitution de Dilma Rousseff

Les députés brésiliens ont voté la destitution de Dilma Rousseff© Ueslei Marcelino Source: Reuters

Les députés de la chambre basse au Brésil ont voté la destitution de la présidente Dilma Rousseff. Sur 481 votes enregistrés, 348 députés ont voté pour la destitution du chef d'Etat brésilien - 133 ont voté contre ou se sont abstenus.

La présidente brésilienne Dilma Rousseff a été destituée par les députés de la chambre basse brésilienne. Une majorité des deux tiers au minimum était requise (soit 342 voix sur 513 députés) pour que la procédure d’impeachment passe au Sénat.

Le Parti des travailleurs actuellement au pouvoir a admis la défaite de la présidente brésilienne. Le chef du parti, Jose Guimaraes, cité par Reuters, a déclaré que le combat se poursuivait à présent au Sénat.

Selon le ministre-chef de cabinet, Jacques Wagner, le gouvernement reste néanmoins plutôt optimiste à l’égard de la décision du Sénat de rejeter l’impeachment, orchestré selon lui par les opposants à Dilma Rousseff qui n’ont jamais accepté sa réélection.

En revanche, si le Sénat estime qu’il existe des motifs juridiques en faveur de l’impeachment, Dilma Roussef sera suspendue temporairement de ses fonctions en attendant que le Sénat prononce son verdict final.

Après le vote en faveur de la destitution de Dilma Rousseff, des centaines d’opposants et de partisans se sont réunis à travers tout le pays.

Un mur de deux mètres de hauteur, s’étendant sur plus d’un kilomètre de long, a été érigé devant le bâtiment du Congrès brésilien afin de séparer la foule des supporters de la présidente de celle de ses opposants.

Un feuilleton politico-judiciaire inédit 

Depuis sa réélection, Dilma Rousseff fait face à l’opération «Lava Jato», une enquête judiciaire qui a révélé au grand jour les liens de corruption entre plusieurs personnalités politiques et grandes entreprises (notamment du BTP et du secteur de l’énergie).

En août dernier, Dilma Rousseff a été mise en accusation pour corruption et blanchiment d'argent par le Tribunal suprême fédéral (STF) suite à ces révélations. En plus de cette affaire, son gouvernement est accusé d'avoir maquillé des déficits publics en prêts contractés auprès de banques publiques. La présidente brésilienne, qui a toujours nié les faits, n'a pas réussi pour autant à éviter une procédure de destitution initiée en décembre dernier par le président de la Chambre des députés du Brésil, Eduardo Cunha.

Isolée politiquement, Dilma Roussef a également dû faire face au fil des semaines à la colère des Brésiliens. Ces derniers ont manifesté à maintes reprises leur colère au sujet de sa politique économique. Ses détracteurs l'accusent notamment d'avoir échoué à enrayer la crise sociale et d'avoir volontairement fermé les yeux sur les affaires de corruption. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»