30 millions d'euros suffiront-ils à l'UE pour inculquer ses valeurs ?

© Vincent Kessler Source: Reuters

La commission de l'UE va étendre sa campagne de propagande pro-européenne, sur fond de profonds désaccords entre membres de l'Union et l'annonce de la Pologne de son refus d'accueillir 7000 réfugiés sur son territoire.

Initialement, le budget prévu pour cette campagne d'«information» était de 25 700 000 euros, selon des données publiées en septembre 2015 par Politico. Mais ce budget a depuis augmenté, passant à 30 millions d'euros. 

La Commission européenne a débloqué jeudi ce budget spécial sur 2 ans pour des «événements de communication» qui comprennent «des dialogues de citoyens, des grandes conférences, la participation à des événements internationaux comme les foires et les expositions, ainsi que des événements virtuels». Il est également stipulé que si la campagne s'avère être un succès, elle sera renouvelée.

Un exemple du déroulement de ces événements et leur fonctionnement est entre autres, le dialogue citoyen sur le thème des migrations. Il s'agit d'une réunion de plusieurs commissaires européens et 500 spectateurs dans un théâtre antique grec. L'hôte de l'événement devra établir une communication avec l'île de Lampedusa en Méditerranée, point d'entrée en Europe pour des milliers de réfugiés chaque année, pour permettre aux habitants de Lampedusa de poser leurs questions aux commissaires européens. 

Il s'agit là bel et bien de la volonté du président de la commission européenne Jean-Claude Juncker de parvenir à véhiculer «une meilleure compréhension par les citoyens européens de l'UE, ses priorités et ses activités», dans le but d'inculquer aux populations l'idéologie européenne, d'après des documents accessibles sur le site Internet de la commission.

D'autant plus que l'UE se heurte à des désaccords de plus en plus importants entre ses différents membres. Malgré une politique de Bruxelles qui s'est toujours voulue favorable à l'accueil des réfugiés, de nombreux pays se prononcent contre. Dernier exemple en date, la Pologne, qui après après avoir accepté d'accueillir sur son territoire 7000 migrants, a fait marche arrière après les attentats de Bruxelles, par crainte de l'infiltration de combattants islamistes parmi les nouveaux arrivants.  

Pour faire face aux arguments des eurosceptiques qui voient dans cette augmentation du budget-com de l'UE, une volonté de manipuler les populations par un procédé qui s'apparenterait plus au financement d'une campagne de propagande que de communication, le porte-parole de la Commission européene Alexander Winterstein a assuré que le financement n'était que secondaire.

«Habituellement, nous utilisons moins de budget que le montant maximal prévu. En moyenne, nous nous arrêtons aux deux-tiers».

La Commission est généralement très discrete sur ses dépenses en communications pour éviter les critiques, surtout à moins de deux mois du référendum britannique sur la sortie ou non de l'UE (Brexit). 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales