A la demande de Barack Obama en personne, Vladimir Poutine a fait libérer un Américain en Syrie

© Capture d'écran YouTube

Le département d’Etat américain a exprimé à Moscou sa gratitude pour l’avoir aidé à libérer, après plusieurs mois de négociations, un citoyen américain Kevin Dawes d’une prison syrienne.

Le 8 avril, les représentant officiels de Moscou et de Washington ont confirmé cette information qui circulait dans la presse américaine.

«Nous sommes reconnaissants au nom du citoyen américain des efforts du gouvernement russe dans cette affaire», a déclaré le porte-parole du département d’Etat américain, Mark Toner, sans pour autant révéler le nom de l’Américain en question. Il a souligné que Moscou n’avait joué aucun rôle lors de son arrestation, mais un rôle important dans sa libération.

Plus tard, dans un communiqué de presse, la représentante du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a indiqué qu’il s’agissait de Kevin Dawes. «Il y a quelque temps, le président des Etats-Unis, Barack Obama, a adressé au président de la Russie, Vladimir Poutine, une demande personnelle d’assistance dans la recherche de citoyens américains qui pourraient être en Syrie», a-t-elle expliqué.

«Grâce aux efforts menés, on a appris que l’un d’entre eux, Kevin Dawes, était emprisonné pour avoir franchi illégalement la frontière et pour d’autres infractions. Suite à notre demande les autorités syriennes ont considéré possible de faire acte de miséricorde et de libérer cet Américain», a souligné Maria Zakharova.

La porte-parole du ministère russe a ajouté que le 1er avril Kevin Dawes avait été amené à Moscou et remis à l’ambassade des Etats-Unis. Peu de temps après, il a quitté le territoire russe. «Nous lui souhaitons de rester loin d'histoires pareilles. Dans le même temps, nous espérons que Washington rendra hommage au geste de bonne volonté de Damas», a-t-elle conclu.

Selon le Washington Post, Kewin Dawes est un photographe indépendant de 33 ans qui s’était rendu en Syrie en 2012. Des sources autorisées ont révélé au journal qu’il avait été libéré après plusieurs mois de négociations.

Lire aussi : John Kerry a estimé que sans la Russie, il aurait été impossible d’atteindre un accord sur la Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales